Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie et environnement en Algérie

L'Expression - Le Quotidien

 

«Du fait des changements climatiques devenus fréquents, le secteur du bâtiment constituera probablement pour le monde le défi des décennies à venir.» C'est là l'entame de l'éditorial du bulletin relatif au programme «Ecobat» inscrit dans le programme national de maîtrise de l'énergie «Pnme».

Ce message écrit par le directeur général de l'Aprue (Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie), Mohamed Salah Bouzeriba, résume en soi les efforts qui restent à fournir pour poursuivre l'exécution d'un processus engagé depuis quelques années déjà par le secteur de l'énergie dont l'efficacité doit être «un des défis majeurs à relever et un levier incontournable du développement durable».

C'est autour de ces thèmes qu'une «Journée technique sur l'efficacité énergétique dans le bâtiment» s'est tenue hier à Alger devant quelque 150 participants. Cette rencontre s'est déroulée sous un cachet maghrébin que lui a donné la présence de Mohamed Zied Gannar, qui représentait l'Agence tunisienne de la maîtrise de l'énergie dans le secteur du bâtiment (Anme) qui a apporté un témoignage sur l'habitat durable dans son pays. La non-participation du Marocain Bendjaber a été regrettée par les organisateurs. On citera aussi la participation de Kurt Wiesegart, qui a présenté (en langue anglaise) l'état du projet Medenec, le «Neeap» ou «The Principles of a national energy efficiency action plan». Tout en citant le vieil adage «Quand le bâtiment va, tout va», Bouzeriba, relève dans sa communication, que la consommation de ce secteur «énergivore» atteint 42%, ce qui «représente un enjeu capital pour la maîtrise de l'énergie». Aussi pour faire face à des hivers de plus en plus rigoureux et des étés de plus en plus caniculaires, il faut absolument, dit-il, «isoler le logement» pour économiser l'énergie dans les deux cas. Il a souligné que rien ne sert d'introduire des équipements performants en termes de consommation d'énergie, si parallèlement on enregistre des déperditions énergétiques non négligeables.

Aussi, «pour réaliser des économies d'énergies substantielles, estime-t-il, une approche globale est à privilégier afin de réaliser des économies, pouvant aller jusqu'à 50%, aptes à diminuer les contraintes qui s'exercent sur le réseau électrique».

Ce programme adopté en fin 2011 par le gouvernement et qui s'étale à l'horizon 2030, est un signal fort pour les investisseurs potentiels dans ce secteur créateur de richesses et d'emplois qu'il générera.

Plusieurs filières de production de matériaux de construction performants frappent d'ores et déjà à la porte de ce programme ambitieux pour concevoir des isolants thermiques. Une industrie locale pourrait en résulter ainsi qu'une réduction des coûts et de couverture du marché, a encore fait valoir Bouzeriba.

En résumé, parmi les objectifs assignés de cette journée, résident une proposition d'une série d'initiatives d'efficacité énergétique en direction du secteur du bâtiment et la promotion des innovations en termes de matériaux isolants et d'équipements performants les plus récents. Ces propositions s'accompagnent d'une invitation à un débat entre professionnels afin d'aborder les différents maillons de la chaîne de constructions durables On peut en citer les constructions passives et bioclimatiques, les équipements efficaces, la gestion de l'énergie et les villes durables.

Il y a lieu de signaler que des outils et des instruments ont été mis en place par les pouvoirs publics pour la mise en oeuvre d'un programme ambitieux qui a mobilisé différents acteurs liés à l'efficacité énergétique.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article