Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

L’Algérie est aujourd’hui à l’avant-garde en matière de diplomatie verte. À Cancun, son rôle efficace de coordination et de défense des intérêts de l’Afrique en matière de changements climatiques a été mise en relief par des pays occidentaux. Elle veut se présenter comme un bon exemple en matière de prise en charge des questions environnementales. Cette démarche devrait être encouragée.

 

Mais en matière de politique intérieure, tout n’est pas aussi rose. Bien que d’énormes efforts aient été accomplis ces dernières années sur ce dossier, la situation reste préoccupante. Grande pollution de l’air dans les grandes villes, rejets de grandes quantités d’eaux usées et de produits chimiques dans la mer et les cours d’eau, trafic sur le sable, dégradation de sites balnéaires, d’espaces verts, invasion de plaines à fort potentiel agricole par le béton. Un désastre écologique dont les générations futures risquent de payer le prix fort.

Si tous ces problèmes ne sont pas pris en charge et de manière efficace, cette diplomatie active de l’Algérie dans le concert international risque de se transformer en diplomatie du vent. Notre pays y perdra ainsi de sa crédibilité. En un mot,  les efforts internes de lutte contre la pollution devrait appuyer notre dynamisme à l’international dans ce domaine.

Sur le registre de la stratégie industrielle, il est paradoxal que le développement d’une économie verte en Algérie ne soit pas une composante importante de cette feuille de route. Pourtant, il faudrait bien envisager d’encourager les sociétés qui investissent particulièrement le créneau du recyclage des déchets, des biotechnologies, de la fabrication des équipements, des réalisations d’études dans ce domaine. Au lieu d’importer tous azimuts des chaînes de production et maintes et maintes solutions technologiques et services d’ingénierie, il convient de briser cette dépendance qui pourrait représenter à l’avenir une facture importante à l’importation.

Il est paradoxal que l’Algérie ne soit pas présente sur le marché international du carbone, contrairement à la Tunisie et le Maroc. Monétiser l’effort engagé dans ce domaine par l’Algérie pourrait procurer des ressources en devises qui pourraient servir à initier des actions supplémentaires en faveur de l’environnement.

source: Liberte

15.12.2010

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article