Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

www.elwatan.com "L'Algérie dispose d'un énorme potentiel en énergie solaire qu'il faut exploiter pour la mise en place d'une économie productive et propre. Cela lui permettra, à coup sûr, d'avoir des investissements moins coûteux et de réduire les conséquences néfastes du gaz à effet de serre sur l'environnement", a souligné M. Michaelowa, lors d'une rencontre sur les gaz à effet de serre, organisée par le Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise (CARE). L'utilisation des énergies propres constitue, a-t-il affirmé, le moyen "le plus efficace" de lutte contre le phénomène de réchauffement climatique conformément aux dispositions du protocole de Kyoto et la plateforme de Durban sur les changements climatiques. "L'Algérie peut devenir un modèle en matière d'utilisation des énergies propres à travers l'exploitation de l'énergie solaire dont elle dispose. Il suffit juste d'avoir une volonté politique et de tracer une bonne stratégie dans ce sens", a estimé M. Michaelowa, rappelant que certains pays de la région avaient déjà lancé des projets MDP. Les entreprises algériennes ont un potentiel "intéressant d'atténuation des conséquences des gaz à effet de serre, mais elles doivent continuer à sensibiliser les autorités à consacrer un minimum d'attention à ce sujet". L'Algérie a adopté en février 2011 un ambitieux Programme de développement des énergies renouvelables (PNR) qui prévoit une production de 22.000 MW d'électricité de source renouvelable, notamment solaire et éolienne, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 MW supplémentaires à exporter pour les 20 prochaines années. Ceci correspond à 40% de la production globale d'électricité d'ici 2030 et le double de la capacité actuelle du parc national de production d'électricité. Des investissements de l'ordre de 120 milliards de dollars, dont la moitié provenant du secteur public, sont nécessaires pour la même échéance afin d'atteindre cet objectif. Par ailleurs, M.Michaelowa a dénoncé l'attitude des USA, la Russie et le Canada qui "continuent d'investir dans des industries pétrolières à grosses émissions de gaz à effet de serre et qui refusent jusqu'à l'heure actuelle de ratifier le protocole de Kyoto". El Watan avec APS
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article