Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

Archive:

LNR 

L'ALGÉRIE PREND PART AU SOMMET DE LA TERRE À RIO, OÙ ELLE MÈNE LE GROUPE DES «77 + LA CHINE» QUI REGROUPE AUJOURD’HUI PAS MOINS DE 132 PAYS EN VOIE DE DÉVELOPPEMENT.

 

Pour Djamel Djemouaï, sous-directeur des changements climatiques au ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire, l’exercice auquel se livre aujourd’hui l’Algérie est des plus engageant par devant la communauté que l’Algérie à l’honneur de représenter. Un exercice d’autant plus ardu, signifiera ce responsable, qu’il est question d’arriver à un niveau de concertation qui flirte avec le consensus. Le but : sortir avec des positions communes pour tous ces pays afin de parler d’une seule voix devant les pays occidentaux. Au menu des discussions et des négociations, puisqu’il s’agit, somme toute, de trouver des compromis et de se faire mutuellement des concessions, la lancinante question du transfert des technologies qui portent sur l’utilisation, la production et l’exploitation des énergies vertes, la coopération entre les pays développés et ceux en développement, la nouvelle gouvernance internationale de l'environnement, les objectifs du développement durable, la taxe carbone et ses répercussions en termes de relations internationales. Les participants à ce sommet, de quelque bord qu’ils soient, demeurent conscients que les difficultés sont là, sous-tendues qu’elles sont par les divergences autant des intérêts que des objectifs entre les pays largement industrialisés du Nord et les pays du Sud, autant que l’est la différence entre les responsabilités historiques des uns et des autres. Personne en effet ne perd de vue que les Occidentaux ont pollué l’environnement terrestre 150 ans durant, aussi longtemps qu’a duré leur ère industrielle, alors que pour les pays représentant l’autre hémisphère, dont quelques-uns seulement représentent une part importante d’activités industrielles, peuvent être considérés comme de petits pollueurs. L'Afrique, pour exemple, est un continent de plusieurs centaines de millions d’habitants, ne représente, en tout et pour tout, que 4% des émissions globales de gaz à effet de serre avec une population de 12% de la population mondiale. Pour le groupe que représente l’Algérie à ce sommet brésilien, il est question d’une démarche inaugurale qui tente d’approcher un domaine récent et somme toute nouveau pour la plupart des pays : l’économie verte. FARÈS N.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article