Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

 

L’Algérie privilégiera des technologies fiables pour le développement des énergies renouvelables selon le ministre Youcef Yousfi.

 

Pour son programme des énergies renouvelables, l’Algérie n’acceptera que les équipements et les infrastructures dont la technologie et l’efficacité ont déjà été prouvées et expérimentées ailleurs. « Nous ne servirons pas de cobaye ni de champ d’expérimentation », a affirmé le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi. La mise en œuvre du programme national de développement des énergies renouvelables, prévue à partir du premier trimestre 2011, permettra la création de quelque 200 000 emplois, selon le ministre. Ce programme porte sur 65 projets qui permettront, dans un premier temps, de produire 2 600 MW d’électricité dont 2 000 MW destinés à l’exportation à l’horizon 2020, a indiqué hier M. Yousfi au forum d’El-Moudjahid, précisant que 100 000 emplois devraient être créés dans la production nationale et 100 000 autres dans l’exportation. Le ministre a rappelé que la mise en place de ce projet permettra de produire 40 % des besoins en électricité du pays à partir des énergies solaire et éolienne en 2020.

Ce programme, qui nécessitera un soutien conséquent des pouvoirs publics et la mobilisation du secteur industriel public et privé, permettra également à l’Algérie d’exporter 2 000 à 3 000 mégawatts d’électricité solaire, en partenariat avec des Européens, d’ici à 2030. Le ministre a précisé que la démarche de l’Algérie, en matière d’énergies renouvelables, intègre les dimensions de « maîtrise de technologie, maîtrise industrielle, sociale et commerciale », ajoutant que la priorité des pouvoirs publics pour les années à venir est de sélectionner les technologies les plus appropriées aux conditions d’environnement. Pour ce faire, M. Yousfi a rappelé que l’Algérie compte développer son programme des énergies renouvelables avec ses propres moyens, mais également avec tous les partenaires qui souhaiteraient l’accompagner, dans l’intérêt mutuel. Il a précisé que durant la première phase de ce programme, l’Algérie procédera à l’expérimentation de toutes les techniques, pour voir lesquelles s’adaptent aux conditions locales et préparer le terrain à la fabrication des équipements en Algérie. La deuxième phase sera consacrée à la construction des infrastructures nécessaires pour les équipements.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com

D’après le Jeune Indépendant

 

source web: http://www.algerie-dz.com/article19159.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article