Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 
D’après le rapport sur la santé dans le monde de l’OMS « on estime qu’en l’an 2000, le changement climatique était déjà responsable de 2,4 % environ des cas de diarrhée dans le monde et de 6 % des cas de paludisme dans certains pays à revenu intermédiaire ».
En intégrant le programme « méditerranée », qui sillonne différents faciès écologiques dans notre pays, une identification des différents chaînons que constitue l’apparition de maladies directement influençables par les changements des biotopes est une excellente opportunité pour élucider les causes de leur apparition et en prévenir leur conséquence néfaste sur la santé publique. L’équipe pluridisciplinaire de l’expédition apportera un appui certain pour élargir le champ d’investigation de ses maladies et les interactions entre les différents paramètres bioécologiques qui les régissent.
Les maladies transmises par les insectes sont les plus concernées par cette étude. En effet, changements climatiques et par voie de conséquence, les changements environnementaux notamment le phénomène de la désertification, jouent un rôle, plus ou moins important, dans l’épidémiologie des maladies à transmission vectorielle. La probabilité de la survenue d’épidémie mortelle dans nos régions, dans une population dépourvue d’immunité ou de prémunition, est de plus en plus d’actualité. 
Plusieurs variables induites par les changements climatiques seront accentuées et changés au profit d’adaptation d’espèces de vecteurs dans notre pays dont leur présence et celles de ses pathogènes étaient minimes ou totalement absentes. Nous citerons en premier lieu l’élévation de la température qui sera la première conséquence de la désertification, mais aussi l’humidité relative dans les zones humides qui se multiplieront et qui agissent directement sur la survie et le déplacement des insectes vecteurs de maladies. Une étude sur la dynamique des points d’eau (lac, rivière, chott, littoral, etc.) et sa corrélation avec les espèces d’insectes et leur bio écologie.
En Algérie, les épidémies des leishmanioses, du paludisme, de la fièvre boutonneuse méditerranéenne sont de plus en plus présentes et difficiles à gérer du fait de l’absence d’études de terrain et de données scientifiques exploitables.
Pour faire face à ces nouvelles données imposées par les changements climatiques, les résultats et les orientations découlant du programme « Méditerranée » permettront le recours à des mesures de lutte antivectorielle efficaces, les moins agressives pour l’environnement et compatibles avec les impératifs de l’économie.
Dr HAMMOU Mohammed, Médecin Tropicaliste et Entomologiste Médical.

Membre du programme "meditérranée"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Belaid Anis 14/01/2011 02:29



bonjour,


 d'abord je tiens a vous presente tout mes respect, et vous dire que j'ai trouver votre article vraiment intéréssant, et j'aimerais vraiment entrer en contacte avec vous si ci possible, je
suis etudiant en 1er année master Santé Environnement a l'universite de Bejaia.


 merci