Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Exclusivité Nouara

"Un large débat est alimenté par les économistes, surtout ces deux dernières décennies, autour des préoccupations liées au développement durable et à la protection de l'environnement.

La croissance économique illimitée va à l'encontre des recommandations des scientifiques qui proposent une vision plus crédible de la société humaine respectant les limites écologiques de la planète.

Or, les modes de production et de consommation actuels, surtout dans les pays industrialisés, exigent de notre planète terre d'offrir plus que ce qu'elle peut donner, ce qui a conduit beaucoup de scientifiques à affirmer que jamais dans l'histoire de l'humanité l'homme n'a dégradé et pollué le capital de vie comme nous le faisions ces cinquante (50) dernières années. Ce capital, air sol et eau indispensable à la vie sur terre est  de plus en plus détruit non pas par les catastrophes naturelles, mais par l’homo-sapiens (l'homme).

 Le réchauffement de la planète, la pollution de l'air et des eaux, la dégradation des sols et la déforestation constituent autant de facteurs provoqués par un modèle de croissance industriel intensif et très prédateur vis à vis de l'environnement. Ce constat dangereux nous interpelle pour réagir rapidement afin d'assurer la survie des générations futures. En Algérie la politique environnementale malgré qu'elle fasse l'objet d'intérêt, des associations citoyennes, des pouvoirs publics et des scientifiques, sur le terrain beaucoup de travail reste à faire pour assurer la pérennité des ressources naturelles. Parmi les actions à entreprendre, le reboisement constitue une urgence écologique pour atténuer la désertification et protéger les potentialités agricoles dont les superficies sont très limitées du fait justement de l'aridité du climat. Le taux de boisement en Algérie, qui est de l'ordre de 11,5%, est loin d'atteindre l'équilibre écologique qui exige un taux de 29%. A titre comparatif au Maroc et en Tunisie ces taux sont respectivement de 17% et 20%. L'augmentation du taux de boisement permet également de diminuer l'émission de gaz carbonique  dans l'air et de conserver la biodiversité. L'opération reboisement nécessite une présence d'acteurs pluridisciplinaire pour mieux déterminer les couloirs à boiser, les conditions édapho-climatiques du milieu et les variétés qui s'y adaptent et en même temps résistantes aux différentes agressions et maladies. Pour atteindre cet objectif le premier travail à faire est la prospection de l'espace concerné par cette opération, avec la participation des populations locales dont l'apport aux scientifiques ne peut être que bénéfique. "

 

Par Monsieur Hocine DOUFENE

Membre de la délégation, Maître assistant à l’université de Tizi-Ouzou

Conférencier et spécialiste en agronomie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article