Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

 

 
Par: Hamadiche Louisa

Mise à jour : 06-08-2014
Périodes fastes ou temps de crise, les compagnies pétrolières étrangères font toujours leur beurre. Confronté au yoyo des prix du baril, le marché pétrolier mondial enregistre de mauvaises périodes, pendant lesquelles on perd de l'argent mais de temps en temps elles sont bonnes, car les multinationales gagnent.
Tout compte fait,  les bonnes périodes compensent les mauvaises, et les multinationales arrivent sans peine à dégager des ressources suffisantes pour financer leurs propres investissements.
Telle est la situation actuelle dans laquelle se déploie l'activité des groupes pétroliers qui monopolisent l'approvisionnement et la distribution du pétrole et du gaz à travers les quatre coins du globe. Gains et pertes se succèdent pour aboutir, finalement, à un surplus qui serait investi. Investissements dont la finalité ne serait même à justifier. Du moment qu'ils rapportent… La référence à l'examen attentif des bilans des principales multinationales et groupes pétroliers permet de démontrer que la réalité est bien différente. Les lignes de force et l'évolution peuvent se résumer au maintien des bénéfices à un très haut niveau; la diversification des investissements qui transforment progressivement les groupes pétroliers en " groupes énergétiques " sans autre rationalité que la " rentabilité financière ", à court terme. 
A force d'entendre les officiels des Etats occidentaux et de leurs médias accuser les pays producteurs de pétrole d'être les affameurs du globe, on pourrait finir par perdre de vue une donnée essentielle du marché pétrolier : les multinationales des hydrocarbures, bien qu'elles soient en recul, la part des transactions directes opérées par les sociétés étrangères se situe à des records de bénéfices énormes. En effet, le bénéfice de ces multinationales sur " chiffre d'affaires hors taxes " est un autre reflet réel. Il sous-estimerait plutôt la réalité des bénéfices. Ceux-ci sont également comptabilisés dans d'autres rubriques afin d'échapper aux impositions fiscales, en particulier dans des dotations aux amortissements et provisions. 
De fait, le parallèle entre hausse des prix et bénéfices est clairement évident. Contrairement aux affirmations des grandes puissances, les multinationales pétrolières ne perdent pas d'argent. Elles en gagnent toujours, même dans le " creux " du cycle et, à certains moments, elles en gagnent énormément. C'est ce qui se passe actuellement. Elles mettent d'ailleurs à profit cette situation pour redéployer et diversifier leurs propres activités et rien d'autre. 
Elles font montre d'une prodigieuse capacité d'adaptation. Elles investissent, tous azimuts. Le critère pétrolier c'est que le profit espéré soit un taux jugé acceptable. L'intérêt des nations, la cohérence des mécanismes productifs, les emplois supprimés, les besoins à satisfaire pour les pays producteurs n'apparaissent jamais dans les critères avancés pour justifier leurs investissements.
Ainsi, la consommation pétrolière du fait des politiques énergétiques alternatives et du ralentissement de la croissance économique mondiale, tend à décroître selon les experts en la matière. Qu'à cela ne tienne ! Les pétroliers, qui par le passé avaient joué grâce à une politique des bons prix du baril, la fermeture des mines de charbon, deviennent aujourd'hui de fervents " charbonniers ". Et comme par hasard, les prix de la tonne de charbon connaissent, ces derniers temps, des hausses considérables. En même temps les programmes nucléaires tendent à se développer dans de nombreux pays. 
Les transnationales pétrolières en tiennent compte et se placent à grande allure dans les pays qui détiennent de l'uranium. 
Les exemples peuvent se multiplier dans les secteurs traditionnels du gaz, du raffinage, de la chimie et de la pétrochimie ; dans les secteurs des minerais de sables asphaltiques, des éléments pour animaux et l'élevage de volailles, des projets de centrales solaires. 
Décidément, les multinationales pétrolières auront de plus en plus de difficultés à dissimuler ce qui est le nerf de leur comportement : obtenir le maximum de profits quel que soit le terrain investi. Hier, le pétrole, aujourd'hui, toujours le pétrole, mais aussi le charbon, l'uranium, le solaire et tutti quanti… A quand le cycle qui fera aller de paire profit et rentabilité avec le progrès économique et social des pays producteurs ? On est loin de ce désir. La stratégie mondiale de privatisation de l'énergie, qui s'est tramée sous l'administration Reagan, est mise en œuvre par la Banque mondiale.
 
Pour ce qui est du futur, l'Algérie a décidé d'exploiter le gaz de schiste, et ce, au détriment de l'environnement. A-t-on analysé les expériences internationales, la rentabilité du gaz de schiste par rapport aux concurrents et aux autres sources d'énergie et surtout initier la formation dans ce domaine pour éviter des dérives ? Il faut dire que la décision d'exploiter le gaz de schiste en Algérie a  surpris plus d'un, tant est que le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait, dans un passé pas lointain, déclaré que la perspective n'était pas inscrite à courte et moyenne échéances.
Alors la question qui se pose est de savoir ce qui a pu ainsi précipiter la démarche.
Il va sans dire que ce ne sont ni l'aisance du procédé d'exploitation, la fragmentation hydraulique, encore moins la faiblesse du coût qui ont incité à cette décision diligente. La raison pourrait être, sinon commerciale, politique. L'assèchement graduel des puits conventionnels (gaz et pétrole) constituerait une raison valable pour la recherche d'autres gisements à même de maintenir une production au niveau des engagements internationaux.
Hamadiche Louisa
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article