Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

 

 

 

Mercredi 20 juin 2012

 

Les questions relatives au cadre institutionnel et à l’économie verte devraient etre des points d’achoppement lors de la conférence des nations unies sur le développement durable (Rio+20), qui débute aujour’dhui à Rio De Janeiro (Brésil).

Ces deux questions figurent dans le projet de document final élaboré par la présidence brésilienne de la conférence onusienne, qui s’étalera jusqu’au 22 juin, après plusieurs rounds de négociations au niveau des experts.

Le Comité préparatoire de la conférence, qui a clôturé ses travaux le 16 juin 2012 après quatre jours d’âpres négociations sur le projet de document final, a réussi, en définitif, à s’entendre sur ce document qui sera présenté pour adoption par les chefs d’Etat et de gouvernement à l’occasion du Segment de Haut niveau.

N’ayant pas obtenu de consensus sur le projet de document en question, en raison de multiples divergences de fond entre les différents pays et groupes de pays, la présidence brésilienne, qui conduira les travaux jusqu’à la fin de la conférence, a présenté un nouveau texte en tenant compte des différentes positions exprimées et autres discussions ayant eu lieu tout au long des travaux du Comité préparatoire.

L’Algérie, en sa qualité de président du Groupe des 77+ la chine, a souligné que ce nouveau document pourrait constituer une base de travail pour la reprise des négociations dès lors qu’il prend en charge un certain nombre de préoccupations des pays en développement. Toutefois, l’Algérie a mis l’accent sur le caractère général du document et sur les insuffisances qui le caractérisent, auxquelles il conviendrait de remédier durant les prochains rounds de négociation.

Il y a lieu de souligner que les négociations se sont poursuivies le 17 juin dernier au sein des différents groupes, sur la base de ce nouveau texte, mais les divergences profondes qui subsistent entre les pays en développement et les pays développés sur des questions essentielles laissent planer un climat de scepticisme et de morosité parmi les nombreuses délégations présentes à Rio.

Le projet de document final porte aussi sur les thématiques liées aux objectifs du développement durable et aux moyens de mise en £uvre (financement et transfert de technologies).

En marge des réunions préparatoires à la Conférence des Nations unies sur le Développement durable, une rencontre a été organisée le 18 juin 2012 par l’organisme public allemand d’aide au développement, en collaboration avec les pays de la Région Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), portant sur le thème "Les forêts méditerranéennes pour le développement : une clé pour adapter les politiques, les territoires et les sociétés au changement climatique dans la région MENA".

Au cours de cette rencontre, à laquelle a pris part la délégation algérienne représentée par le Directeur général des forêts, il a été procédé à la présentation d’une communication portant sur l’expérience algérienne en matière de gestion durable des forêts dans le cadre de la politique de Renouveau rural.

Cette communication a été illustrée par des exemples de projets concrets menés avec succès, à savoir notamment l’expérience du barrage vert à travers les zones steppiques menacées par la désertification, ainsi que le Plan national de reboisement 2000-2012.

L’accent a été mis aussi sur les programmes de développement mis en œuvre depuis 2009 dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de Renouveau rural, dont la finalité est d’améliorer les conditions de vie et de revenus des ménages ruraux, mais aussi d’atténuer la pression sur les ressources naturelles.

Les programmes menés en matière de lutte contre la désertification, de traitement des bassins versants, de Gestion et d’extension du patrimoine forestier et Conservations des écosystèmes naturel, ont été également présentés.

A l’issue de cette rencontre, les intervenants, parmi lesquels étaient présents le ministre de l’environnement et des forêts du Costa Rica et le directeur adjoint chargé du département Forêts de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ont souligné la nécessité de promouvoir la coopération sud-sud dans le domaine de la gestion durable de la forêt.

Enfin, il faut retenir que cette rencontre a permis aux représentants des pays de la Région MENA, présents a cette rencontre, d’échanger leurs points de vue sur la pertinence de la coopération régionale en matière de gestion durable des forêts dans un contexte de changements climatiques, à travers les échanges d’expériences, le renforcement des capacités ainsi que le développement de projets transfrontaliers profitables aux pays concernés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article