Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologique "Nouara"

 

L’économie verte sera un passage obligé d’ici 2025, estimaient hier des spécialistes de l’environnement, lors d’une table ronde consacrée aux économies d’énergie, aux changements climatiques et à la crise de l’eau dans le monde.

«L’Algérie n’est pas concernée par la réduction des gaz à effet de serre. Cela dit, elle en subit les retombées », estime M. Mustapha Mekideche, architecte, chargé de la coopération au niveau du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme. Cependant, il affirme que «nous sommes concernés par ses impacts sur le plan économique ». Il rappellera, dans ce sens, l’engagement du secteur de Cherif Rahmani dans la politique de protection de l’environnement. Un engagement illustré notamment par l’élaboration de plusieurs textes. Pour ce spécialiste, il faut prôner l’énergie verte qui servira de transition vers un développement durable. Le même constat sera dressé par la majorité des invités du forum d’ El Moudjahid. Selon M. Khaldoun, concernant l’influence de l’énergie sur l’habitat, actuellement nous en vivrions les prémices. «Il faut penser à l’utilisation d’autres sources d’énergie, moins dommageables», estime l’intervenant. Cette suggestion induit le changement du modèle de consommation, qui implique l’ensemble des secteurs. Ainsi, on évoquera l’impératif de concevoir des architectures bioclimatiques, introduisant des matériaux consommant moins d’énergie. Au plan environnemental, cela se caractérisera par une désertification, une montée des eaux et la dégradation des sols. Le tourisme subira également de lourdes conséquences. Mustapha Kara, directeur général de l’Agence nationale des recherches climatiques, de son côté, a évoqué la nécessité de se préparer sérieusement «pour l’étape transitoire de 2020 afin d’adapter l’économie actuelle à l’économie verte». En outre, il sera souligné que la contribution à la lutte contre l'effet de serre représente une économie d'émission de millions de tonnes d'équivalent CO2. Elle permet la promotion des biocarburants de demain et la recherche de nouveaux débouchés se substituant aux énergies polluantes. L’Afrique, sur ce plan, serait considérée comme un capital à préserver. A noter que les Etats-Unis produisent des gaz à effet de serre d’un équivalent de 20 tonnes de CO2, alors que le Canada en produit 17, la Russie 11 et l’Union européenne 11 également. Enfin, M. Boudissa, premier ministre de l’Environnement de l’Algérie indépendante, a, pour sa part, plaidé pour une campagne d’agrobiologie, en insistant sur l’importance de réduire l’utilisation des produits chimiques dans l’agriculture.

Source: Le Soir d'Algérie


Articles recents de la rubrique :

- Changement horaire Eté-Hiver : L’Algérie toujours bloquée
- L’éducation à l’environnement sera enseignée à l’école
- Les Algériens sont-ils écolos ?
- Le "Monsieur Climat" de l'ONU démissionne
- Energies renouvelables : Vers la production de 50 MW de panneaux solaires
- Réchauffement climatique en Méditérranée
- Le Québec à la rescousse de l’Algérie
- Le chardonneret menacé d’extinction
- 17 000 lampes à basse consommation pour Alger et ses alentours
- 48 études d’impact réalisées depuis 2007 dans le domaine des hydrocarbures
- Protection de l'environnement contre les rejets industriels : Le nouveau défi des entreprises algériennes
- Energie verte : Un passage obligé
- Bouteflika : ''Le réchauffement climatique incombe aux pays industrialisés''
- Réunion de Poznan sur les changements climatiques
- Bioéthanol, un nouveau carburant extrait des datte
- L’Algérie plaide pour une solution africaine globale contre les changements climatiques
- Les abeilles seraient capables de compter jusqu'à quatre
- Climat: "Tout va changer" avec Obama
- Le président Bush obtient gain de cause contre... les baleines
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article