Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

« L’Environnement est la pierre angulaire de la souveraineté nationale » Par Karim Tedjani

 

A propos de la suspension des associations ARC  et El Bahia (Oran)

Cette année 2013 est censée être celle de l’environnement dans notre pays. 

Hors de ses frontières, l’Algérie se targue dans  à qui veut bien croire les beaux discours de ses diplomates,   d’être un des leaders africain dans un  domaine qui n’a de cesse de s’imposer, à juste titre d’ailleurs,   dans la géopolitique mondiale  comme étant de plus en plus incontournable.

Pourtant,malgré les ratifications à tout va de conventions internationales, son aussi impressionnant qu’inefficient arsenal de lois  environnementales en tout genre, en 2013, en Algérie, deux associations se sont vues affublées d’une suspension de six mois pour avoir osé  militer pour la préservation de leur environnement.

En effet, dans la wilaya d’Oran qui, il n’y a pas si longtemps de cela a accueilli en grande pompe  Arnold  « le Terminator » de la protection  de l’environnement,  s’attaque  aux membres de l’association l’ARC (Association des résidents de Canastel), dépendant de la commune d’Oran et l’association El Bahia de la commune de Bir El Djir  toutes deux connues pour leur profond engagement dans le maintien de la qualité de leur environnement. Ce qui ne peut que révolter toute personne ne serait-ce qu’un tant soit peu capable de raison, c’est que l’argument principal d’une telle ignoble accusation réside dans le fait que ces deux ONG auraient apparemment ainsi menacé les intérêts ainsi que la souveraineté nationale de leur pays  parce qu’ils se seraient opposés à la destruction d’espaces naturels dans leur régions au profit d’un projet de promotions immobilières !

Doit-on rappeler aux auteurs de tels verdicts, que la maitrise de l’environnement est un des éléments essentiels pour veiller justement à la souveraineté de notre pays ? Que dans un pays parmi les plus pauvre en eau et les plus menacé par la désertification ainsi que tous les affres corollaires au réchauffement climatique mondial, préserver la moindre parcelle de notre couvert végétal est l’acte le plus patriotique que l’on puisse faire ?  

Dans le traité de stratégie militaire le plus célèbre de tous les temps, Sun Tzu, son auteur insiste sur le fait que seule la maitrise ou bien encore la destruction de l’environnement de son adversaire peut garantir une victoire totale et durable sur lui. Ainsi, on peut en déduire qu’également seule une maîtrise totale et durable de son  environnement pourra permettre à l’Algérie de rester souveraine sur son territoire et de dissuader ses éventuels ennemis de lui nuire. Doit-on rappeler que c’est la maitrise de cet environnement qui a permis aux Algériens , comme les vietnamiens , de lutter et de vaincre une des plus puissante armée du siècle dernier ?

Bientôt, au plus tard dès 2050,  quand le béton, aura eut raison de la moindre parcelle de verdure, de forêt, de zone humide, de montagne,  de nature, dans notre pays ,  des millions d’Algériens vivront non plus dans le pays qui abrite le plus vaste désert du monde, mais bien  peut-être dans   le plus grand désert du monde tout court. Quand le climat d’Alger et d’El Oued ne feront plus qu’un, que nous seront alors sûrement totalement  à la merci des technologies et services environnementaux de nos chers partenaires étrangers (qui ont d’ailleurs toujours fait leurs forces de nos faiblesses), alors peut-être que l’on se souviendra  que jusqu’en 2013, il était encore possible en Algérie pour  des gens responsables et visionnaires de veiller à nous éviter le pire. Que restera-t-il de la souveraineté nationale d’une nation qui n’aura plus la maîtrise de son environnement, pire qui aura prouvé à la face du monde entier qu’elle a été son propre bourreau ?

Brider la société civile avec des mesures aussi restrictives et liberticides qu’une loi sur les associations aux antipodes de la démocratie, c’est  nuire à la dynamique de toute une société et donc à l’intérêt national car publique.  

L’Algérie  aujourd'hui ne produit rien et consomme tout, n’invente rien alors que ses chercheurs, hors de ses frontières e sont régulièrement salués  pour leur  inventivité, leur capacité d’innovation. Comment garantir la souveraineté nationale dans un tel contexte  d’un peuple Algérien empêché de tout sauf d’être une vache à lait pour le reste du monde, le meilleur des consommateurs pour l’industrie mondial parce qu’il n’a le choix de rien, pas d’autres loisirs et possibilité de développement humai que de se vautrer dans la surconsommation de produits  aux normes souvent peu recommandables ?

Où est l’intérêt national ou bien encore la souveraineté d’une nation  dans tout cela ?

Chaque espace vert, chaque hectare de forêt, de couvert végétal littoral est un rempart contre l’avancée du désert ainsi que le réchauffement climatique, mais aussi un élément essentiel au maintien de l’eau dans nos sols et de nos microclimats. Nuire à ce patrimoine si fragile et en pleine déliquescence, voilà le pire crime que l’on peut, à vrai dire commettre contre l’Algérie. Doit-on rappeler que nos anciens envahisseurs ne s’étaient pas trompés à ce propos et se sont appliqué, durant 132 ans à dévaster notre couvert végétal à chaque fois que le peuple algérien s’est opposé à lui ?

Dans notre pays, si la société civile est obligée de s’immiscer dans les affaires de l’Etat algérien  quand il s’agit d’environnement, n’est-ce pas parce que ce dernier n’a pas encore prouvé sa sincère bienveillance quant sa préservation ? Pour avoir parcouru  la zone Tellienne d’Est en Ouest depuis quatre ans à la rencontre des acteurs de la protection de l’environnement en Algérie, je peux affirmer sans l’ombre d’un doute que ce sont nos associations qui, malgré toutes les entraves administratives qui leur sont régulièrement  opposées,  avec peu de moyens et de soutien du reste de la population, font un travail  pour lequel de nombreux fonctionnaires algériens   sont payés à ne pas pouvoir faire….

La souveraineté et l’intérêt primordial  de notre nation est constitutionnellement le bien-être du peuple Algérien, pas celui de promoteurs immobiliers irresponsables  ni de  hauts fonctionnaires locaux aveuglés par l’appât du gain. Parce que l’environnement, c’est que nous entoure, nous influence, nous fait être en bonne santé ou non et bien d’autres choses encore, il est impensable de considérer que toute initiative locale pour protéger cet environnement soit considérée comme une atteinte aux intérêts de notre nation, bien au contraire, c’est à la société civile de jouer ce rôle d’objecteur de conscience ; protéger la nature algérienne est un des actes les plus patriotiques qu’il soit possible de faire en 2103…

C’est pour cela que je condamne donc la suspension de ces deux associations et que j’appelle nos dirigeants à revoir leur verdict sous l’angle d’un développement durable et responsable de notre pays et non  seulement dans la perspective de répondre à l’urgence de l’instant , de  faire dans le plus facile des populisme.

Pour construire ce pays, ne bâtissons pas que des immeubles en béton, plantons des arbres et des fleurs dans nos villes ainsi que dans le cœur de ses habitants.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article