Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

http://portail.cder.dz

Lundi 18 mars 2013

L’expérience américaine dans l’extraction du gaz de schiste a été au centre d’une conférence organisée lundi à Annaba en présence du chargé des affaires économiques à l’ambassade des Etats-Unis à Alger, Mballem Nkembe, du président de la Confédération des cadres de la finance et de la comptabilité (CCFC) et de cadres locaux.

Initiée par la CCFC, la rencontre s’inscrit dans le cadre d’un programme visant à "ouvrir le débat" sur l’exploitation du gaz de schiste avec la contribution des acteurs des divers secteurs concernés, la société civile et les associations de protection de l’environnement et de la santé, a indiqué Karim Mahmoudi, président de la CCFC.

Tenue au siège de l’institut supérieur de management et d’informatique (El Qalam), la rencontre a donné lieu à une communication de M. Dick Holmes, ex-président d’Anadarko-Algérie, sur les méthodes et les protocoles technologiques d’extraction du gaz de schiste utilisés aux Etats-Unis et les dispositifs mis en place pour protéger l’environnement.

Il a notamment abordé l’impact des techniques utilisées sur les nappes phréatiques, affirmant que ces techniques "satisfaisaient à toutes les normes en vigueur".

Il a également évoqué les investissements américains dans l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels ayant permis, selon lui, d’élever les réserves américaines à un niveau qui "assureraient la couverture de leurs besoins en gaz sur 100 ans".

Estimant que les investissements projetés aux Etats-Unis devraient générer d’ici à 2035 près de 1,6 million d’emplois, M. Holmes a souligné que d’importantes réserves de ce type de gaz existent dans le Sud de l’Algérie dont l’extraction permettra de couvrir les besoins énergétiques futurs.

Les débats se sont attardés sur les réserves formulées à propos de l’exploitation du gaz de schiste et des risques qu’elle fait encourir à l’environnement, aux ressources hydrauliques souterraines et à la santé. Les intervenants se sont accordés à considérer que les réserves soulevées contre cette option "restent élevées" et que les études sont engagées pour mesurer l’impact réel sur l’environnement et la santé pouvant naître de l’exploitation du gaz de schiste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article