Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie et environnement en Algérie

L'Expression - Le Quotidien

Les vraies associations et les fausses

Par

 

 

90.000 associations!

Vous rendez-vous compte du chiffre? Enorme! 90 000 associations toutes catégories confondues (nationales et locales) exerceraient dans le pays. Si, si! Elles existent! Elles sont répertoriées au fichier des agréments délivrés par les autorités.

Sur le terrain, c'est une autre paire de manches. Elles sont très discrètes. Invisibles même. En général, lors des journées mondiales. En ce moment, c'est la Journée mondiale de l'hépatite. C'est ainsi que nous apprenons qu'une association dénommée «SOS hépatites» existe chez nous. Elle est apparue pour nous dire qu'il y a un million, voire un million et demi de malades d'hépatites chez nous. Remarquez, à 500.000 personnes près, il ne faut pas être trop regardant.

L'essentiel est que l'association existe et apparaît. Et les 89.999 autres où sont-elles? Il y en a quelques-unes qui ont donné de la voix, samedi dernier. Une poignée, c'est tout! Savez-vous pourquoi? On vous le donne en mille! Pour cette sempiternelle histoire de fric. En gros, elles réclament, puisque les textes d'application (pour les subventions) tardent à venir, il faudrait, selon elles, que l'Etat paie les salaires du personnel permanent des associations.

On a envie de créer une association qui viendrait en aide à toutes ces associations qui demandent de l'aide. Ou de s'inspirer du modèle de l'association caritative et de solidarité avec les orphelins de Mascara qui prend en charge 350 orphelins depuis le début du mois de Ramadhan. Des couffins pleins de denrées pour les familles où sont accueillis les orphelins. Des costumes et autres tenues vestimentaires sont prévus par l'association qui les distribuera à ces orphelins à la veille de l'Aïd. Sans oublier la circoncision, en collaboration avec la direction de la santé de wilaya, des plus petits d'entre eux, prévue le 27ème jour du mois sacré. L'association n'active pas seulement durant le Ramadhan puisqu'elle s'occupe de la scolarité de ces orphelins durant toute l'année.

L'APS, qui donne l'information, ne dit pas d'où proviennent les fonds de cette association. Est-ce nécessaire? Le propre d'une association est de «vivre» avec les dons. Des généreux donateurs existent partout dans le monde, y compris chez nous. Il suffit, pour les convaincre, que la cause soit noble, juste et honnêtement prise en charge.

Les subventions de l'Etat ne sont qu'un appoint pour certaines associations qui n'attirent pas beaucoup de sponsors comme celles de l'écologie par exemple. L'ex-président de la Commission des affaires juridiques de l'Assemblée populaire nationale, Hussein Khaldoune, a été clair en confiant, samedi dernier, à l'APS qu' «en dépit des éléments nouveaux que renferme la nouvelle loi (06-12) à travers laquelle le législateur a voulu assouplir les conditions et les modalités de création d'associations et étendre le champ de leurs activités, leur efficacité et leur influence demeurent toutefois très limitées malgré leur nombre considérable...». Chacun sait que pour certaines associations, l'efficacité et l'influence ne les intéressent pas autant que le fric que cela rapporte. En dinars et en devises. Toute la problématique est là. Il faut la poser avec courage et sérieux. Le premier instrument que l'Etat devrait mettre à la disposition des citoyens est bien l'annuaire thématique des associations en Algérie. Le second est un guichet de doléances des citoyens où ils peuvent faire état de leurs rapports avec les associations. Par ces deux moyens, il est possible d'opérer un premier «écrémage». Il n'est pas interdit d'exiger la consignation sur des registres paraphés, de leurs activités en faveur des citoyens. L'essentiel étant de débarrasser les vraies associations, des fausses. C'est une demande des associations elles-mêmes. Celles qui oeuvrent sincèrement et seulement dans le caritatif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article