Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologique Nouara

 

 

 

 

Un atelier de deux jours sur le développement de l’écotourisme au Parc national de Taza (Jijel) les 15 et 16 mai, l’ouverture avant-hier à Alger du 13e Sitev (Salon du tourisme) et la célébration les 12 et 13 mai de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs organisée par la CMS (convention de Berlin sur les oiseaux migrateurs) et l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA), deux traités intergouvernementaux du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) auxquels l’Algérie a souscrit. Trois événements qui placent les oiseaux au cœur d’un développement d’un tourisme culturel, de qualité, enrichissant, écologique, durable et rentable. En 2011, le service de la faune et de la pêche des USA a annoncé le chiffre de 32 milliards de dollars engrangés par les observateurs d’oiseaux uniquement aux Etats-Unis.

En écosse, la célèbre Royal Society of the Protection of the Birds (RSPB) a déclaré que les touristes qui souhaitaient voir des Pygargues à queue blanche (vautours qui étaient présents en grand nombre en Algérie) dépensaient jusqu’à 12 millions de dollars rien qu’à Mull, l’une des îles Hébrides à l’ouest du pays et beaucoup moins grande que le Parc national d’El Kala célèbre pour l’exceptionnelle richesse de son avifaune, surtout les oiseaux d’eau migrateurs. Les Babors, au nord de Sétif, et la forêt du Gerrouche, dans le PN de Taza, abritent la sitelle kabyle, une espèce unique, endémiques que tous les «birders» ou «twitchers» du monde rêvent de voir et de cocher sur leur carnet. Beaucoup de touristes et observateurs de la nature ont tenté l’expérience en Algérie. Ils ont été éblouis par les paysages et les espèces encore visibles, mais terriblement déçus par les conditions d’accueil bien que la plupart ne soient pas très exigeants.

Retirer sa paire de jumelles personnelle à un observateur qui descend de l’avion avec plein de rêves dans la tête, c’est un coup de poignard dont il racontera les détails à son retour et les professionnels savent que le bouche-à-oreille est mille fois plus efficace que la meilleure des publicités. L’Algérie a encore des atouts considérables. Des centaines de zones humides encore inexplorées et des massifs forestiers qui ont miraculeusement échappé à la destruction totale, mais dangereusement menacés pas une toile d’infrastructures, surtout routières, qui s’étend sans discernement, au gré des marchés publics qu’elle génère et de leurs substantiels revenus. L’exemple le plus marquant est celui de l’autoroute Est-Ouest qui a traversé les zones humides et les forêts du Parc national d’El Kala.

Le tourisme de découverte, le tourisme vert, le tourisme responsable ou encore l’écotourisme, ne sont pas une mode. C’est un art de vivre et une économie en pleine expansion qui ne s’accommode pas de discours creux des grandes messes. En Algérie, pour lui donner ses chances ou du moins les préserver pour les générations futures, il suffirait d’appliquer pour tous et sans exclusive la loi, toute la loi et rien que la loi.

Slim Sadki
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article