Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Le 1er portail Sénégalais En Afrique Francophone
le Jeudi 17 Octobre 2013 à 18:34 


                   


Nombre de pays africains regorgent de gisements de gaz de schiste potentiellement viables qui, s'ils étaient exploités, pourraient conduire à une baisse du cours du gaz, à une plus large consommation de gaz naturel, révèle un nouveau rapport de la Banque africaine de développement (BAD).

 

L’exploitation de ce gaz pourrait aussi conduire à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en matière de production énergétique et à des retombées économiques substantielles, indique le communiqué transmis à l’APS, jeudi. 

Intitulé ‘’Le gaz de schiste et ses implications pour l'Afrique et la Banque africaine de développement’’, le rapport aborde ‘’les aspects positifs ainsi que les mises en garde découlant de la +révolution du gaz de schiste+ – sa production étant en plein explosion actuellement aux États-Unis –, dont l'Afrique peut s'inspirer’’. 

L’étude passe en revue les estimations respectives des gisements de gaz de schiste situés en Algérie, en Libye, en Tunisie, au Maroc, en Afrique du Sud et au Sahara occidental. 

Afin de ‘’mieux appréhender la pertinence de la révolution du gaz de schiste dans les pays africains, l’étude se penche également sur l’expérience des États-Unis, ‘’où le gaz de schiste a atteint le tiers de la production totale de gaz, et où l'accroissement de l'offre en gaz grâce au gaz de schiste a permis de réduire de plus de moitié les prix du gaz en 2012’’. 

Dans le communiqué, les auteurs du rapport estiment toutefois que ‘’l'exploitation et la production de gaz de schiste peuvent poser d'énormes défis environnementaux’’. 

Parmi ces conséquences, figurent entre autres, ‘’les importants volumes d'eau nécessaires à l'extraction, la contamination de l'eau, l'intensification de l’activité sismique, le dégazage et le torchage des gaz associés’’. 

Pour les auteurs du rapport, ‘’États et opinion publique doivent réfléchir à la meilleure façon de procéder avant de s'engager plus avant dans le plein développement du gaz de schiste’’. 

‘’La Banque africaine de développement est encouragée par les résultats de cette étude : les nouvelles techniques d'exploitation du gaz de schiste pourraient offrir à la région des perspectives économiques’’, a déclaré Kurt Lonsway, manager en charge de l’environnement et du changement climatique au sein du Département de l'énergie, de l'environnement et du changement climatique de la Banque. 

‘’Dans le même temps, nous ne soulignerons jamais assez la nécessité de combiner la production de gaz avec une bonne planification et une gestion durable de l'environnement’’, a-t-il ajouté. 

Le gaz de schiste fait partie des gaz non conventionnels, c’est-à-dire des gaz dont la méthode d’extraction est différente de celle utilisée pour le gaz naturel. Mais son exploitation est l’objet d’une controverse suscitée par les inquiétudes sur l'environnement. 

Le principal argument invoqué par les anti-gaz de schiste, est l’impact potentiel sur l’environnement de son mode d’extraction, la fracturation hydraulique. Cette technologie, la seule qui permette aujourd’hui d’extraire pétrole et gaz de schiste. 

Pour les pro gaz de schiste, cette exploitation ouvre des perspectives économiques immenses, en terme d’emplois et d’impact sur les prix de l’énergie notamment. 

APS
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article