Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

22 mai 2013

En visite en Algérie, la Vice-Présidente  de la Banque mondiale Inger Andersen réaffirme le soutien de l’institution en faveur des efforts faits par le pays pour développer le secteur privé, améliorer la gouvernance et élargir les débouchés des jeunes.      


ALGER, le 22 mai 2013 – La Banque mondiale est prête à développer son programme en Algérie en aidant le pays à diversifier son économie et à renforcer ses institutions afin de stimuler une croissance plus robuste et plus solidaire. Tel est le message de la Vice-Présidente du Groupe de la Banque mondiale pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Inger Andersen, qui achève aujourd’hui une visite officielle en Algérie.

« Grâce à une gestion efficace de ses ressources naturelles, l’Algérie a réussi à poursuivre sa croissance en dépit d’importantes difficultés internes et externes », a déclaré Mme Andersen au terme de sa visite de trois jours. « Mais nous avons tous reconnu qu’il fallait créer davantage d’emplois et qu’une économie plus diversifiée ouvrirait de nouvelles sources d’emplois et de croissance. Le Groupe de la Banque mondiale est prêt à partager toutes ses connaissances et données d’expérience avec l’Algérie pour l’aider à atteindre cet objectif. »

Dans le cadre d’un accord avec l’Algérie, la Banque mondiale fournit au gouvernement une assistance technique remboursable à l’appui de son programme de développement quinquennal. Huit nouveaux accords  d’assistance technique ont été conclus l’année dernière dans les domaines suivants : finance, agriculture, environnement, aide sociale et télécommunications.

Au cours de sa visite, Mme Andersen a rencontré le Premier Ministre,  Abdelmalek Sellal, avec lequel elle a examiné l’objectif prioritaire qu’est l’amélioration du climat des affaires en Algérie et l’aide que la Banque mondiale pourrait apporter à cet égard, ainsi que le Ministre des finances, Karim Djoudi, avec lequel elle s’est entretenue des possibilités de collaboration pour promouvoir la création d’emplois et la croissance.

L’assistance technique de la Banque mondiale en Algérie porte essentiellement sur l’amélioration des moyens de subsistance des populations rurales. Le Ministre de l’agriculture, Rachid Benaissa, a souligné l’importance de cette action, sachant que la moitié de la population vit en milieu rural et que les deux tiers des ruraux ont moins de 30 ans. L’agriculture est donc une source essentielle d’emplois et de croissance. Le gouvernement accorde la priorité au développement durable de toutes les communautés vivant sur son vaste territoire et la Banque mondiale a mobilisé 8 millions de dollars auprès du Fonds pour l’environnement mondial, un fonds fiduciaire administré par la Banque, pour un projet pilote visant à améliorer les conditions de vie des populations du désert algérien.

Mme Anderson a également rencontré  la Ministre de la solidarité nationale, de la famille et de la condition féminine, Souad Bendjaballah, le Ministre de la Poste et des technologies de l’information et des communications, Moussa Menhamadi, et le Gouverneur de la Banque centrale d’Algérie, Mohammed Laksaci. Elle s’est félicité des multiples points de vue exprimés, qui lui ont permis d’avoir une idée plus précise des priorités nationales pour faire en sorte que l’aide de la Banque mondiale soit bien adaptée aux besoins.

Cette visite a également été l’occasion pour Mme Andersen d’entendre des points de vue autres que ceux du gouvernement sur les problèmes de développement de l’Algérie. Lors d’un déjeuner avec des membres du monde des affaires, elle a été mise au fait des obstacles au développement du secteur privé. La Banque mondiale collabore depuis récemment avec le Ministère de l’industrie pour promouvoir la concertation entre secteur public et secteur privé  et plusieurs initiatives ont été lancées pour améliorer l’environnement des entreprises et créer un régime réglementaire favorable à la croissance du secteur privé.

Mme Andersen a visité un petit cabinet d’études environnementales créée par une jeune chef d’entreprise avec un prêt de la plus grande agence algérienne de l’emploi. Le taux de chômage des jeunes est deux fois plus élevé que la moyenne nationale et l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes accorde des petits prêts à la création d’entreprise pour lutter contre ce problème. Exploiter le potentiel créatif et productif des nombreux jeunes du pays est également au cœur de l’action menée par la Banque mondiale en Algérie.

À Alger, Mme Andersen est montée à bord du nouveau métro récemment inauguré, un projet d’infrastructure financé par l’Ėtat dans l’espoir d’améliorer les liaisons en décongestionnant le centre-ville.

« L’Algérie fait preuve d’une détermination impressionnante lorsqu’il s’agit d’atteindre ses objectifs de développement, qui sont clairement définis », a déclaré Simon Gray, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, qui accompagnait Mme Andersen. « Les Algériens ne doivent pas seulement être prêts à engager des fonds, il leur faut aussi des institutions solides pour garantir que ces fonds sont utilisés aux fins prévues et produisent l’effet recherché. La Banque mondiale continuera d’aider l’Algérie à poursuivre les réformes dans ce sens. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article