Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Environnement et écologie en Algérie (revue de web)

30 Août 2012,   

Imprimer Envoyer cet article à un ami Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte

La canicule précoce qui a sévi à la fin du mois de juillet et qui a persisté en ce mois d’août, a sa part de responsabilité. Mais, bien moins que l’insouciance et l’incivisme de l’homme. Le facteur humain n’est pas du tout à négliger, nous explique le lieutenant Bernaoui Nassim, de la Direction générale de la Protection civile (DGPC). Ce dernier précise «il y a eu des feux qui ont été déclenchés de nuit, période durant laquelle l’intensité des feux baisse en l’absence de soleil».

Qui est le premier responsable ? Le lieutenant Bernaoui a démenti catégoriquement le fait que les feux des forêts soient volontairement provoqués dans le cadre de la lutte antiterroriste. «Nous sommes souvent sollicités par la Défense nationale pour lutter contre les feux de forêts et le plus souvent, ils nous apportent leur aide pour maîtriser les sinistres rapidement », déclare notre interlocuteur. Et d’ajouter «je ne vois pas pourquoi l’armée provoquerait des incendies pour solliciter ensuite la Protection civile afin de sauver les forêts, c’est inconcevable», estime-t-il.

Pour Bernaoui, l’accusé principal, c’est la canicule. «Nous avons connu cet été une forte chaleur qui a asséché pendant plus d’un mois les espaces forestiers, favorisant les départs de feu entre 10 heures du matin et 14 heures. Et la présence d’ordures dans le milieu forestier (mégots de cigarette, le verre, etc.) est un facteur qui favorise les incendies», a-t-il souligné. Un autre facteur non moins important, c’est la proximité des espaces agricoles des espaces forestiers.

«Certains éleveurs allument des feux sur leur terre pour se débarrasser des mauvaises herbes, mais avec l’effet de la chaleur, les sinistres s’étendent aux espaces forestiers, provoquant parfois d’importants incendies» nous explique le lieutenant. Il ajoute que «les éleveurs ne réalisent pas le danger qu’il y a en allumant le feu en période sèche». Selon le lieutenant Bernaoui, «les feux sont parfois causés par des engins agricoles défectueux dans les champs.

Ces engins sont à l’origine de feux après un court-circuit qui s’étendent des champs aux forêts avoisinantes». Pour le lieutenant Bernaoui, les 31.000 hectares de forêts et les 10.000 de maquis dévastés par les feux (du 1er juin au 22 août) sont une véritable perte pour notre pays. «Il y a eu multiplication des feux et des dégâts importants par rapport aux années précédentes» a-t-il souligné.

Il insiste cependant pour dire que notre pays n’a pas connu de crise, si on compare avec d’autres contrées du pourtour méditerranéen. «L’Espagne a connu, l’an dernier, des feux dévastateurs qui ont ravagé 150.000 hectares de forêts en une semaine» a-t-il dit. Notre interlocuteur n’a pas nié tout de même que les feux de forêts ont été très importants cette année, notamment dans certaines wilayas telles que Jijel, Tizi-Ouzou, Bejaia et Tissemsilt.

Il a précisé que durant la dernière quinzaine du mois de Ramadhan, la Protection civile a enregistré une moyenne de 50 à 60 sinistres par jour, avec un pic de 100 feux durant les deux jours de l’Aïd. «Actuellement, on est à 20 feux par jour avec la possibilité que ces feux diminuent dès la semaine prochaine, si on prend en compte des prévisions météorologiques qui avancent une baisse de chaleur dans les prochains jours», préconise le responsable de la Protection civile.

En attendant la lutte aérienne contre les incendies prévue à partir de l’année prochaine, avec la mise en service de quatre hélicoptères, les services de la Protection civile appellent les citoyens à plus de vigilance et de civisme. Il regrette, en outre, que les feux de forêts sont tardivement signalés par des citoyens qui croient que la Protection civile est déjà au courant.

M. Aziza

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article