Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Oran, main dans la main par Karim Tedjani 2111008-copie-1                                                          

Photo: Karim Tedjani (2011 Tous droits réservés.)

 

 

 

 

  Un peu partout à travers le territoire algérien, des projets de fermes pédagogiques se mettent en place. Ce concept permet de  créer  un espace où l’activité de l’homme moderne   pourra se développer en harmonie avec  l’environnement  d’un site naturel.

Dans sa forme la plus simple, c’est une ferme qui est ouverte au grand public afin  qu’il puisse découvrir ou redécouvrir la vie en zone rurale. Une ferme d’accueil pédagogique, cela peut être à la fois une exploitation agricole, un lieu  d’expérimentation botanique et d’habitat écologique, un pôle d’accueil pédagogique mais aussi  un gîte touristique et, de ce fait,  un vecteur de créations d’emplois. La ville et la campagne peuvent s’y rencontrer dans les meilleures conditions pour peu que le lieu soit exploité intelligemment.   On pourrait penser que, c’est un phénomène  qui fait seulement  écho à l’engouement des sociétés européennes pour ce type d’établissements  aptes à répondre  à  nombre des contingences de ce qu’on a coutume d’appeler le  « développement durable ».

 Pourtant, la chose n’est pas du tout inédite en  terre d’Algérie qui a été, à travers les âges, cultivée notamment par les colons de nombreuses civilisations. Essentiellement  dans la zone tellienne,  des numides aux français, tous ces peuples ont tenté des expériences agraires innovantes afin d’adapter leurs savoir faire  à l’environnement particulier de ce territoire.

Ainsi, à partir de  1859, Vital Rodier dit le « père Clément » va transformer un orphelinat situé dans une ferme  à Misserghin, près d’Oran,  en une des premières fermes pédagogiques de l’histoire.  Il permit à de nombreux orphelins d’apprendre le métier de cultivateur et y fit de nombreuses expérimentations botaniques. La plus célèbre est bien entendu la Clémentine dont on lui attribue sans conteste l’hérédité.

Cet été, j’ai eu la chance de visiter une de ces nouvelles fermes pédagogiques , toujours dans la région d’Oran. Mme Baba Ahmed Allou, présidente de l’association « Main dans la main »,  qui gère la « ferme des Asphodèles », milite avec passion pour le développement de ces lieux d’exploitation agricole et d’accueil publique. Elle y voit aussi, et c’est intéressant de le préciser, une formidable opportunité pour intégrer la femme rurale algérienne  dans  la société moderne. En effet,  ces fermes peuvent être des ces fermes  pour mettre en valeur leurs nombreux  savoir faires et, de ce fait, leur assurer un revenu complémentaire garant de leur indépendance financière au sein de leur foyer.

Dans un pays qui ambitionne d’être une destination touristique attractive, je trouve que l’accueil des « douaris » est plus représentatif de l’hospitalité à l’algérienne que dans des hôtels à l’européenne. De plus, les besoins pour former les jeunes ruraux à cette forme de tourisme écologique est moins lourde à assumer. Ils sont déjà des guides aguerris, des cuisinières traditionnelles, des musiciens, des maitres nageurs expérimentés ect…  Les jeunes citadins, eux  formés au tourisme international, à l’encadrement des enfants, pourront aussi apporter une plus value à l’accueil de ces projets. Des stands pour vendre les produits du terroir aux visiteurs seront aussi générateurs de bénéfices et donc d’emplois et feront la promotion de nos produits du terroir.

De nos jours, certains enfants des grandes villes algériennes, n’ont jamais vu une vache « en vrai » et ne vont pas souvent à la campagne. Cela détériore, de générations en générations, le lien qui lie les algériens de demain à leur Nature. De plus, nombres de ces enfants vivent dans des espaces restreints et des quartiers parfois insalubres. Un séjour à la ferme  peut être un bon moyen de prendre une bouffée d’air…  Enfin, à certaines périodes, les agriculteurs ont besoin d’aide pour la cueillette de leur récolte. Mes jeunes cousins, par exemple, viennent l’été à la ferme de ma grande tante Nouara (Guerbes/Skikda) pour se faire à la fois de l’argent de poche et passer des vacances à la campagne.  Pourquoi ne pas permettre à des adolescents de famille pauvres d’en faire autant. Des ateliers de sensibilisations au respect de l’environnement peuvent être mis en place pour accueillir des groupes scolaires toute l’année. Là aussi, des emplois pour nos cadres environnementaux pourraient être crées.

Beaucoup de chercheurs algériens se plaignent de ne pas avoir assez de lieux d’accueil pour étudier certains sites naturels.  La ferme d’accueil pourra répondre à cette attente. D’autant les paysans connaissent parfaitement la biodiversité et les trésors naturels de leurs régions. Une rencontre entre la société scientifique et rurale est un point positif pour assurer le futur de la nature algérienne.

Dans ces fermes, il est aussi possible d’organiser des séminaires et des programmes internationaux afin de partager les connaissances avec le reste du Monde. Des pépinières, des arborétums, des réintroductions d’espèces locales pourraient y voir le jour.

Bref, la ferme pédagogique d’accueil parait être un concept très intéressant pour  l’environnement naturel, économique et social de l’Algérie rurale  autant qu’urbaine.

St Denis, le 12 octobre 2011.

Karim Tedjani pour « Nouara, le portail de la Nature algérienne ».

Prière, si vous utilisez ce texte, de mentionner le nom de l’auteur ainsi que le lien de ce site

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Imene 02/02/2018 07:18

J espere une acceptation je suis interesse

Imene 02/02/2018 07:17

J espere une acceptation

BABA AHMED 28/11/2011 23:33


bjr, votre article rejoint l'idee de ma vie rurale en algérie.Dans l'oranie terre fertile, tres riche, ou le vignoble était classé parmi les meilleurs vins au monde et qu'ils étaient exportés en
europe pour un coupage  du savoir faire des colons dont les anciens ouvriers agricoles algériens ont hérités. Mais l'erreur monumental que l'algérie a fait c'est l'arrachage des vignes ; on
aurait du au lieu de faire du vin faire du jus de raisin bio et du raisin sec au lieu d"importer ces fruits secs. et d'autre part transformer les granges, les fermes agricoles en gite rurale et
notre tourisme se porterait mieux .Les plus belles fermes sont tombées en ruine, elles ont été mal gérées toute les toitures  en brique ont été arrachées les caves  transformées en
bergerie alors que c est des patrimoines  uniques qui auraient pu nous ramener beaucoup de trouristes. Je prends un exemple chez nous a sidi bakhti c'est un douar  a lui seul qui avait
19 caves toutes sont dans un état lamentable . et maintenant les ruraux se plaignent du chomage de la dégradation de leur gite  ils n'ont aucune initiative  ni ls moyens de sauver ce
qu'il reste