Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

(APS) samedi 2 février 2013 13 : 57

ALGER - La célébration de la journée mondiale des zones humides intervient cette année en Algérie et dans le monde dans un contexte particulier avec les avertissements des écologistes et scientifiques sur la menace de stress hydrique et ses effets sur les espèces animales protégées, dont les oiseaux migrateurs ou endémiques

En Algérie, cette journée mondiale sur les zones humides sera célébrée dans la ville de Tlemcen, avec au menu un programme copieux pour sensibiliser l’opinion publique locale, sur les bienfaits écologiques des zones humides, mais surtout sur leur extrême fragilité face aux multiples prédations de l’homme.

Le thème de 2013 de cette journée mondiale est ’’les zones humides et la gestion de l’eau’’, avec pour slogan ’’les zones humides protègent notre eau’’.

En Algérie, 24 wilayas totalisent une superficie de 3.000.000 d’hectares de zones humides, avec quatre grands parcs nationaux et une réserve naturelle d’intérêt vital à préserver et protéger sur les plans écologique, hydrologique, socio-économique et de biodiversité.

A l’instar des autres pays, l’Algérie s’intègre dans la dynamique mondiale de conservation, de protection et d’utilisation rationnelle des zones humides. Et, à ce niveau, l’Algérie a ratifié plusieurs conventions internationales de protection de l’environnement et des différents écosystèmes, qui en font sa grande richesse.

En fait, les zones humides sont des milieux naturels représentant un intérêt vital sur les plans écologique (climat, sol, sous solà), hydrologique (ressources en eau), socio-économique ainsi que dans le domaine de la biodiversité (faune et flore).

Ces zones concernent les étendues de marais, d’eau naturelle ou artificielle (lacs, chotts, gueltas, sebkhas), les fagnes (landes marécageuses) et les tourbières (étendues d’eau marine dont la profondeur est inférieure à 06 mètres).

De par sa position géographique, sa configuration physique et la diversité de son climat, l’Algérie recèle d’importantes zones humides, notamment dans la partie Nord-Est qui renferme de nombreux lacs d’eau douce, des marais et des plaines d’inondation.

Les plus connus de ces zones humides sont les lacs "Tonga", "Oubeira", le "Lac des oiseaux" dans la wilaya d’El Tarf, le "chott Ech Chergui" (Saida, Naâma, El Bayadh), " Guerbes" (Skikda), "Chott El Hodna" (M’sila et Batna) ainsi que de nombreux autres sites inscrits sur la liste de la convention de "Ramsar" des zones humides d’importance internationale.

Ces zones humides sont également répertoriées dans les wilayas de Ghardaïa, de Biskra et de Guelma, où actuellement des flamands rose y vivent et nidifient à longueur d’année, faisant de ces aires lacustres des zones de reproduction.

Les régions lacustres sont nombreuses dans différentes parties du pays, notamment le lac de Réghaia, classé le 4 juin 2003 réserve mondiale, en vertu de la convention RAMSAR relative aux zones humides. Il recèle des espèces rares d’oiseaux et d’animaux qui y vivent à longueur d’année.

La journée mondiale des zones humides est célébrée en fait le 2 février de chaque année pour commémorer la signature le 2 février 1971 de la Convention sur les zones humides dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne et à laquelle l’Algérie a adhéré le 11 décembre 1982.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article