Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"La lente agonie du parc d'El Kala" par Dalila B.

La lente agonie du parc national d'El Kala

 

Créè en 1983 dans l'optique de la conservation et de la préservation du patrimoine naturel et culturel de la région, le parc national d'El Kala  dans la wilaya d'El Tarf (PNEK) semble s'engager, en dépit de l'existence d'un cadre législatif le protégeant, dans un processus de dégradation irrémédiable. Selon une contribution du bureau d'étude et de consulting en développement durable  "Gredaal" le parc en question est aujourd'hui exposé à d'immenses et multiples pressions anthropiques qui  sont à l'origine d'une forte perturbation des écosystèmes dont on ne mesure pas encore les conséquences, bien évidemment négatives, pour le développement socio-économique actuel et futur de la région. Le lancement récent des travaux de l'autoroute sur un tronçon de        12 km, aussi dévastateur et spectaculaire qu'il soit, ne constitue en fait qu'une simple péripétie d'un processus de dégradation qui remonte à plus de 20 années.
Un examen plus fin de l'histoire sociale, économique et naturelle de la région permet de mettre en exergue les facteurs anthropiques explicatifs de la déstabilisation de ces écosystèmes. En effet, au-delà des facteurs naturels à l'instar des changements climatiques (inondations des plaines, assèchements des marais) et de l'impact négatif des espèces invasives (algues et planctons) qui impactent négativement sur les écosystèmes du PNEK, la dégradation de ce dernier est le résultat cumulatif d'actions anthropiques liées aux politiques de développement mises en œuvre depuis le début des années 80.  
Le PNEK couvre 40 kilomètres  de littoral, allant du Cap Rasa au Cap Roux. Cette bande est fortement affectée par des pressions anthropiques importantes générant une surexploitation des ressources hydriques (agriculture, industrie, villes) ainsi qu'une pollution par les eaux usées, les effluents agricoles (engrais, pesticides) et industriels. Même si l'on ne dispose pas de données chiffrées précises, il y a lieu de mettre en évidence le fait, commun à toutes les régions côtières, que la région d'El Kala est le réceptacle d'une pollution chimique (déversements d'hydrocarbures, eaux des ballasts) au niveau de ses franges marines et littorales. Ces pollutions traduisent l'essor du trafic maritime dont l'incidence sur les équilibres biologiques n'est plus à démontrer.
Le lancement des travaux publics au niveau de la région a été à l'origine de l'apparition de plus d'une dizaine de carrières (extraction des sables) dont les effets sur les écosystèmes sont dévastateurs. A cela il conviendra de rajouter l'impact de la pollution sonore et lumineuse générée par les activités de travaux publics qui perturbent fortement l'éthologie de la faune.
L'on ne pourra jamais évaluer avec exactitude l'incidence des activités informelles sur les écosystèmes du PNEK ; mais les spécialistes s'accordent à relever l'effet hautement dépressif de certaines pratiques économiques illégales à l'instar d'un certain type de tourisme, de la chasse et du braconnage, de la pêche et de la collecte illégale des ressources aquacoles ainsi que des activités de prélèvement de plantes médicinales. Les élevages et des pratiques agricoles et aquacoles ont aussi des incidences sur le parc. Pratiques agricoles itinérantes, pastoralisme et agriculture intensive sont autant de facteurs source de déstabilisation des écosystèmes  par  la pollution chimiques (engrais et pesticides) des systèmes aquatiques, le déboisement des massifs forestiers et le défrichement des espaces. Ces tendances se sont accentuées concomitamment à la mise en œuvre du programme national du développement de la production agricole lancé depuis 1997. Le constat reste, par ailleurs, valable pour les activités aquacoles dont l'essor, depuis le lancement du plan national de développement de la pêche et de l'aquaculture  commerciale, a contribué à la diffusion de pratiques répréhensibles (introduction incontrôlée de matériels génétiques, concessions pour l'exploitation des plans d'eau). Enfin, le PNEK renferme un massif forestier imposant qui subit les facteurs de dégradation liée, selon l'étude de Gredaal  à l'exploitation des espaces sylvicoles, les incendies et les défrichements. Il en découle un processus d'érosion des sols préjudiciable à l'équilibre des écosystèmes constitutifs du PNEK. Il faut savoir que le parc d'El Kala renferme 8 sites humides d'importance internationale inscrits sur la liste de la convention de Ramsar.

Dalila B.

 

 


03-05-2010
Lemaghreb

Source : http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=26072

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article