Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

http://www.infirmiers.com/

"Notre étude montrera que le personnel de santé joue un rôle très important dans l’information, l’éducation et la sensibilisation de la population à ces questions de santé publique. "

 

 

"En mai 2012, Mohamed Sebai et Mohamed Boudali, deux étudiants algériens de 3e année à l’Institut de formation paramédical Chettia (Promotion 2009-2012), en République Algérienne Démocratique et Populaire, soutenaient avec succès leur travail de fin d’études et validaient leur diplôme d’infirmier de la sante publique . Leur thème « La phytothérapie entre la confiance et la méfiance ». Ils souhaitent aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous les en remercions.

Mohamed Sebai et Mohamed Boudali introduisent ainsi leur travail de recherche : « Durant nos stages pratiques nous avons constatés des cas de patients arrivant au service des urgences ou bien hospitalisés en service de médecine ou pédiatrie à cause de l’utilisation ou de l’ingestion d’une plante ou herbe ou bien un extrait de plante et même après un simple remède connu sous le nom « remède de grand-mère ». Les gens utilisent et consomment les plantes sans connaître leur origine, leur posologie et leur action sur l’organisme. L’utilisation au hasard des plantes présente un vrai danger pour la santé : intoxications (très fréquentes), vertiges, vomissements, insuffisance rénale et même des fois décès, à cause de la dose dépassée (posologie), l’interaction avec d’autres médicaments, la toxicité de la plante. En effet, les plantes peuvent avoir une action grave du fait de leur principe actif (hypoglycémiant, hyper/hypotenseur…). On trouve cependant de nombreuses personnes qui utilisent les plantes de façon hasardeuse, sans prise en considération des risques et dangers de la phytothérapie. La question centrale qui s’impose est donc celle-ci : pourquoi les gens vont vers la phytothérapie et quels sont les risques et les conséquences de celle-ci ?

Pour répondre à cette question centrale nous avons émis quelques hypothèses : le facteur socio-économique et culturel, le manque de sensibilisation et d’éducation de la population ; le manque de spécialistes en phytothérapie ; le manque de contrôle des vendeurs. Notre étude montrera que le personnel de santé joue un rôle très important dans l’information, l’éducation et la sensibilisation de la population à ces questions de santé publique. »

Lire le TFE « La phytothérapie entre la confiance et la méfiance »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article