Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara


 

Construire des capacités additionnelles de production d'électricité à partir du solaire, était bel et bien une idée algérienne, mais sans qu'aucune initiative ne soit lancée. Le moment est peut-être propice pour l'Algérie de réapproprier l'idée de produire de l'électricité pour le marché national et conquérir, en suite, le marché régional. Les deux initiatives lancées par les deux pays les plus influents au sein de l'Europe des 27 pour fournir au continent européen l'énergie électrique qui proviendrait des installations solaires en plein désert algérien, pourraient être concurrencées, directement par une autre initiative qui émanerait du gouvernement algérien. La France avec son projet Transgreen, qui sera probablement intégré dans le plan solaire méditerranéen dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée, et le projet allemand Desertec, devront faire mieux pour faire adhérer l'Algérie à ces projets qui nécessitent des fonds colossaux. Doté d'un fort potentiel d'ensoleillement et sa situation géographique, notre pays est un partenaire incontournable dans la mise en œuvre des plans solaires transméditerranéens. Actuellement en valse-hésitation à rallier l'un de ces projets, l'Algérie veut donner la primauté à son propre programme solaire. Pour reprendre les propos du président-directeur général du groupe Sonelgaz, M. Noureddine Bouterfa,  "l'Algérie compte  développer sa propre stratégie de développement des énergies renouvelables". M. Bouterfa a laissé entendre hier, en marge de la cérémonie de signature des nouveaux statuts de l'EPE AMC, que l'Algérie ne cautionne, pour l'instant, ni le projet allemand ou encore moins l'initiative française. " L'Algérie n'est ni pour ni contre ces projets" a-t-il affirmé. "On a notre propre stratégie de développement des énergies renouvelables", a-t-il renchérit en défendant que l'idée du solaire est  une idée algérienne.
Le P-DG de Sonelgaz, rappellera, dans ce sens, la consistance du programme national du développement des énergies renouvelables. La Sonelgaz  a engagé en Algérie un programme d'électrification du Grand Sud  algérien par des installations photovoltaïques qui seront fournies par  l'industrie locale. En effet, "après son ralliement officiel à Sonelgaz en 2009, Rouiba Eclairage s'est lancé dans la fabrication de modules photovoltaïques qui interviendra à l'horizon de 2012", a rappelé M. Bouterfa, qui citera également la mise en place d'une centrale hybride fonctionnant à l'énergie solaire et au gaz naturel, au Sud algérien, près d'Hassi R'mel. Equipée d'une puissance de 160 MW, cette centrale sera opérationnelle vers la fin de l'année en cours. Se contentant de son propre programme solaire, qui sera appelé à se développer pour pénétrer le marché de l'électricité qui provient du solaire à l'export, et forte de son statut de partenaire incontournable pour la mise en œuvre de n'importe quel projet solaire dans le bassin méditerranéen, l'Algérie temporise avant de s'engager de s'engager, afin de tirer profit au maximum de ce genre d'investissement, certes prometteur pour l'Algérie, mais qui nécessite des fonds astronomiques. De plus, si l'Algérie vient à s'engager dans telle ou telles initiatives quel sera le prix de son engagement à accueillir des installations photovoltaïques qui ont besoin de surfaces énormes ? S'interroge le P-DG de Sonelgaz qui indiquera, en somme, que l'Algérie tâte le terrain avant de se décider à rejoindre ces projets. Ainsi, le gouvernement ne veut pas s'engager dans la précipitation qui pourrait léser l'Algérie.
Ferhat Y.

 

 


21-09-2010 
emaghrebdz

Source : http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=29673

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article