Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue Web Nouara

Tiaret : La récolte de blé promet

Le quotidien d'Oran | Posté le : Dimanche 21 mars à 2:15 | 0 Comments

blé algerie.JPG


Réputée jadis pour être un véritable grenier à blé de toute l’Algérie, la capitale des Hauts Plateaux occidentaux s’apprête à engranger cette année une récolte céréalière record pour la deuxième année consécutive, grâce à une pluviométrie plus que généreuse.

En effet, depuis le mois de décembre dernier, plus de 170 millimètres de précipitations se sont abattues sur les riches plaines du Sersou, permettant aux fellahs d’appréhender la prochaine saison des moissons battages sous de très bons auspices. Cette année, plus de trois cent trente-cinq mille hectares, toutes spéculations confondues, ont été emblavés avec la part belle au blé dur puisque, plus de cent mille hectares sont consacrés à cette seule spéculation.

L’orge tient lui aussi une place de choix dans la wilaya de Tiaret, classée, faut-il le rappeler première dans la production de cette spéculation stratégique utilisée comme aliment de bétail surtout.

La saison dernière, l’excédent de production d’orge avait été exporté vers des pays étrangers pour la première fois dans l’histoire de la région. Il faut dire que la mise à la disposition des fellahs de près de trente-deux mille (32.000) quintaux d’engrais de profondeur et de couverture a permis d’enrichir le sol et de mieux le préparer en luttant contre les maladies à un rendement plus que satisfaisant.

A noter, enfin, que plus de quatre-vingt-cinq mille hectares sont consacrés à l’intensification céréalière permettant ainsi de développer de nouvelles variétés adaptés au microclimat de la région qui se lance, par ailleurs, dans un ambitieux programme d’élevage avec un cheptel dépassant actuellement les deux millions de têtes d’ovins et plus de soixante-dix mille bovins.

E. H. D.





L'Algérie va-t-elle reproduire les erreurs des ses collaborateurs  européen et américains?Une agriculture et un élevage massifs sont-ils nécessaires au bien être et à la santé des algériens et algériennes?Le métier d'agriculteur  et d'éleveur ne doit-il pas être remis en valeur? Les moyennes et petites exploitations agricoles  ne doivent-elle  pas être au centre de la politique alimentaire de l'Algérie?Doit-on tolérer les ogms en Algérie? N'est-elle pas un terrain formidable pour développer une agriculture biologique et un élevage éthique ( en accord avec nos valeurs religieuses notamment)?La culture traditionnelle est-elle suffisammentbien exploitée? L'Algérie va-t-elle jouer un rôle important dans la politique agro-alimentaire de toute la zone méditerranéenne?Cet article m'a inspiré toute ces interrogations. Malheureusement je ne suis pas assez  qualifié et renseigné  pour y répondre...

Karim
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article