Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

Algérie - El Kala : l'histoire de la plage de la Vieille Calle

Publié le 16.06.2014, 12h54 par La Rédaction | 39 vues | 0 Commentaires

El Kala en Algérie - La plage de la Vieille Calle à El Kala (El Tarf), ne constitue pas seulement, avec son long ruban de sable doré se déroulant à perte de vue, un havre de paix et de farniente, c’est aussi une sorte de cordon ombilical entre le riche passé de cette région et le présent.

Le "voisinage" de vestiges anciens, dont des fours antiques relatant l'histoire de cette région de l’extrême Nord-est du pays, confère aux lieux une certaine majesté qui n’est pas pour déplaire aux dizaines de milliers d’estivants qui y affluent à chaque été.

Le site, sublime et envoûtant, est une véritable carte postale naturelle incitant les visiteurs à s’y attarder. "Une petite bronzette à la Vieille Calle, entrecoupée de plongeons dans son eau iodée, a le don de déstresser et faire oublier les tracas de tous les jours", affirme Lamri Baghdèche (35 ans), venu spécialement de Sétif avec sa famille histoire de faire le plein d’air marin avant la "trêve" du mois sacré de Ramadan.

 

Pour Mohamed-Lamine (53 ans), un autre inconditionnel des lieux, la Vieille Calle que l'on peut aisément rejoindre à partir de la route nationale (RN) n° 166 faisant sur 13 km la jonction de la plage avec le centre d’El Kala, ou depuis la RN 84, est tout simplement "apothéotique".

Dès qu’il l’a découverte, il y a 20 ans lors d'un séjour professionnel dans la wilaya d’El Tarf, il s’en est épris de manière "presqu’immodérée" au point où cette portion de littoral est devenue une destination privilégiée qu’il n’échangerait pour aucune autre.

"Je préfère y venir soit précocement, avant le grand rush prévu cette année au mois d’août en raison du mois de Ramadan, soit après le départ des vacanciers, à la veille de la rentrée sociale, pour profiter pleinement du calme du charme irrésistible des lieux", dit-il en déroulant une serviette de plage à quelques petits mètres de l’écume des vaguelettes.

Sa famille, son épouse et ses trois enfants, à qui il a fait découvrir cette "perle" unique, l'accompagne chaque année avec empressement, partageant avec lui, chaque année depuis vingt ans, le bonheur de retrouver "leur" plage.

Il faut dire que la Vieille Calle ne peut laisser indifférent, tant par le contraste des couleurs, que par le sentiment de quiétude qui se dégage des lieux, forçant l'admiration et incitant au repos et à la détente tout en ''écoutant'' les ruines confier quelques bribes de l'histoire mouvementée de l'antique "Toulouza la merveilleuse".

Il n’est pas rare de voir certains estivants opter pour les abris naturels creusés par la nature pour y pique-niquer, loin des rayons du soleil, et y faire une petite sieste, bercés par le clapotis des vagues, avant de faire à nouveau trempette.

La saison estivale a été officiellement ouverte samedi dans la wilaya d’El Tarf où 15 plages sont ouvertes, donnant le signal du "rush" annuel qui ne diminuera que durant les journées du Ramadan pour laisser place aux invétérés "baigneurs de minuit".

CHRONIQUEUR
La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article