Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web nouara

Pour améliorer l'intégration du lait cru

Des industriels plaident pour des investissements en aval

Les tours de séchage, où le lait cru est transformé en poudre, n'existent pas en Algérie. Les volumes excédentaires produits dans certaines régions du pays risquent d'être gaspillés en raison de l'absence de ces tours, a déploré Laïd Meratla, chef de production au niveau de la coopérative spécialisée en services d'élevage de Sétif (Coopssel). 

Rencontré au niveau de son stand érigé à l'occasion du Salon international de l'agriculture, organisé du 22 au 25 novembre au Palais des expositions, M. Meratla a jugé utile de créer des tours dans les régions ouest, centre et est pour être exploitées en cas de surplus de production de lait cru.

Ce responsable a reconnu que l'Algérie est encore loin de produire de grandes quantités de lait cru mais doit néanmoins disposer de tours de séchage, de centre de collecte et d'investissements pour pouvoir développer la filière du lait cru, appelée à se substituer graduellement à l'importation de la poudre de lait. 

Cette dernière est préférée par les transformateurs au regard de la facilité de son utilisation et de la stabilité d'offre qu'elle procure, a-t-il reconnu, expliquant que les laiteries qui utilisent le lait cru encourent le risque de déficit de cette matière première.  Tout en saluant la décision du ministère de l'Agriculture de revoir à la hausse la prime de transformation, qui est passée de 4 à 7,5 DA/litre, ce représentant d'une laiterie qui utilise exclusivement du lait cru dans la production du lait en sachet a mis en avant la concurrence exercée par les producteurs de produits laitiers qui offrent un prix supérieur à celui proposé par les laiteries.

Mais, minimise M. Meratla, «les fabricants de produits laitiers sont exigeants sur le plan qualité, contrairement aux laiteries qui tolèrent certaines insuffisances, notamment en termes de qualité microbiologique».  La laiterie Coopssel a réussi, par ailleurs, à augmenter ses capacités de traitement, passant de 2000 litres/heure en 2002 à 6000 l/h en 2010. En termes de capacités de conditionnement, cette entreprise est passée de 2500 l/h à 4500 l/h.

K. S.

source: http://www.letempsdz.com/content/view/48561/1/ 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article