Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

http://www.algeriesite.com/

Le liège, l'alfa et l'arganier sont des ressources naturelles appelées à être développées en Algérie. On dispose d'un potentiel important mais mal exploité si l'on croit M. Mohamed Seghir Naouel, directeur général des forêts, qui a annoncé jeudi sur les ondes de la Radio le lancement d'un programme de 9000 projets dans le cadre de la politique du développement rural qui vise, selon lui « la réinstallation et la fixation des populations dans ces zones en voie de développement via l'agriculture et l'exploitation forestière essentiellement ».

« 14 millions d'âmes (soient 40% de la population globale) vivent en milieu rural habité d'où la nécessité du développement de ces zones qui engage la majorité des secteurs concernés dont celui de l'agriculture en priorité », a indiqué l'invité de la rédaction de la radio Chaine 3, ajoutant que cette dernière (l'agriculture, ndlr) a le plus de représentation en milieu rural à travers ses services agricoles et forestiers qui vont structurellement au-delà de la commune et crescendo avec la politique de proximité vis-à -vis des populations.

Dans ce sens, M. Naouel a indiqué qu'un important programme, lancé depuis 2010, comprend 9000 projets à coût de quatre milliards de dinars. « Ces projets visent l'amélioration des conditions de vie des populations en couvrant également d'autres secteurs comme les BTP, l'éducation, l'eau, la santé, qui interviennent aussi dans le cadre du développement rural.

A propos du développement des forêts, l'invité précisera que le secteur est condamné à se développer sachant que les villes sont saturées et la tendance offre davantage d'opportunités de développement et d'investissement en milieu rural. Ce qui, par conséquent, va augmenter la pression sur les ressources naturelles en réponse aux besoins locaux qui vont s'accentuer parallèlement à l'augmentation de la population.

Sachant ces variantes et dans le but d'atteindre entre autres objectifs de fixer les populations, les pouvoirs publics ont, selon M. Naouel, mis l'accent, dans ce programme sur l'amélioration des conditions de vie d'abord tout en atténuant la pression sur les ressources naturelles dont la forêt en est un élément essentiel préserver puis déployer.

350.000 ha seront reboisés au cours du plan quinquennal (2015-2019) Près de 350.000 hectares seront reboisés au cours du prochain plan quinquennal, a annoncé jeudi à Alger le directeur général des forêts au ministère de l'Agriculture, Mohamed Seghir Noual. Intervenant sur les ondes de la radio nationale, le DG des forêts a affirmé que l'extension et le développement du barrage vert sera poursuivi tout en précisant que de nouvelles variétés d'arbres seront introduites (arbres fruitiers et espèces fourragères).

Evaluant le couvert forestier au niveau national à 4,2 millions d'hectares (forêts et maquis), M. Noual a indiqué qu'au cours des dernières années près de 55.000 hectares étaient reboisés annuellement.

Un retour remarquable de la population rurale

Abordant l'aspect socioéconomique, M. Naouel estime que ce déploiement ne saurait se faire sans retour des populations en exode rural. Il dira qu'un retour massif de la population est constaté et qui va en s'amplifiant vue les programme d'habitat et de développement ruraux exécutés justement à l'objet de fixer les populations via de programmes incitatifs à l'instar des travaux de réaménagement des villages, la construction des habitations décentes et des actifs qui permettent aux gens de s'y installer et de travailler. La priorité est, selon lui, donné aux activités agricoles au profit de ces populations telles que l'arboriculture fruitière, l'élevage, la mise en valeur des terres par des concessions pour l'exploitation de petites terres par la plantation d'arbres.

Sans donner de chiffres, l'invité assure que le retour, avec la stabilité retrouvée, est de visu prometteur, voire extraordinaire.

Le liège, l'alfa et l'arganier un potentiel forestier et steppique à valoriser

« Outre le liège et l'alfa, le secteur table prioritairement sur le bois. Mais, désormais celui-ci n'est plus coupé iniquement », précisera-t-il. Il avance que le secteur offre jusqu'à 500 000 m3/an de bois industriel. Quand au liège, il déplore que les incendies répétitifs aient causé un net recul, toutefois en 2013, la barre des 70 000 quintaux a été dépassée tout se disant confiant d'atteindre les 100 000 quintaux dans un avenir proche. Rappelons que dans les années 1960-1970, on produisait jusqu'à 200 milles quintaux. « Ce qui suggère une politique de repeuplement et de rajeunissement des subéraies (forêts de chêne-liège) frappées de vieillissement », insiste-t-il.

Pour l'alfa qui sert étroitement dans la fabrication du papier, le problème reste, de son avis, un problème de déboucher vue les trois usines productrices de la pate à papier ont fermé.

Enfin, il révèle qu'une étude est en cours pour rendre la région de Tindouf, potentiellement adéquate, une réserve de l'arganier qui est aussi une ressource naturelle qui dispose de 2000-2500 hectares de superficies seulement qui bénéficient à une petite population. « La plantation de ce type d'arbres adaptables à cet écosystème permet le développement d'une activité très lucrative dans cette région qui reste en recul par rapport à la même activité chez les voisins de l'ouest oà¹."Les laboratoires de cosmétiques en profitent amplement pour l'extraction de l'huile de l'arganier porteuse de devises », a fait savoir le DG des forêts. L'activité est appelée à être développée pour en faire de cette zone, déjà active, un potentiel et en améliorer cette activité très rentable. « Une pépinière d'arganier est déjà mise en place pour la production de plantules destinées à cet effet », conclut-il.

Etre à l'avant garde dans la lutte contre les incendies de forêts

Evoquant les moyens déployés sur le terrain pour la lutte contre les incendies et prévenir les foyers (estimés à 2000 foyers à travers le pays), le DG des forêts a indiqué que près de 405 postes de vigie équipés de moyens radio et 510 brigades d'intervention étaient mobilisées pour agir en urgence, dès le départ d'un incendie. A ces moyens s'ajoutent ceux de la protection civile dont près de 12.000 hommes sont mobilisés pour lutter contre les feux de forêts, a-t-il encore précisé, tout en rappelant l'acquisition d'hélicoptères spécialisés dans la lutte contre les feux de forêts.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article