Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Le gaz de schiste n’est pas encore rentable en Algérie" Par Econews

http://www.leconews.com/

L’ancien P-DG de la Sonatrach, Abdelmadjid Attar, à l’Econews

01JUI 2013
10:35
Abdelmadjid Attar

Fervent partisan de l’indexation des prix du gaz sur celui du pétrole et la de rationalisation de la ressource gazière, Abdelmadjid Attar, ancien P-DG de la Sonatrach, estime également que l’impératif pour l’Algérie est de défendre les prix avant le volume.

 

L’Econews : Les ambitions de la  deuxième édition du FPEG (Forum mondial du pétrole et du gaz) sont-elles en adéquation avec l’avènement du marché spot gazier ?

Abdelmadjid Attar : le marché spot n’est pas conséquent mondialement. Il représente 20 % du marché gazier mondial. Il est plus répandu aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. En Algérie, il  n’excède pas les 4 % de sa production. Les contrats qu’elle a conclus avec ses clients sont à moyen et long termes. Ils courent jusqu’à  l’horizon 2017-2018. L’enjeu pour la Sonatrach étant de défendre les prix avant le volume, ce que l’on ne vend pas aujourd’hui sera préservé pour les générations futures.  En bref, l’impératif est de rationaliser nos ressources gazières.

 

Quand on tient compte de notre principal marché européen, en l’occurrence dont la politique énergétique est en faveur du marché spot, indexer le prix du gaz sur celui du pétrole tel que proposé à Moscou joue-t-il en notre faveur ?

L’essentiel du marché européen en tant que consommateur de gaz son  marché  est représenté par  des contrats à moyen et long termes. Le Vieux continent cherche à aligner les prix de ses contrats  sur ceux des marchés spot, mais aussi et surtout diversifier ses approvisionnements pour les sécuriser. D’où l’intérêt des membres du FPEG d’indexer le prix du gaz sur celui du pétrole.

 

Lorsque l’on s’attarde sur les cas russe et qatari, qui se basent surtout sur le marché spot, n’y a-t-il pas contradiction avec les ambitions du FPEG ? 

 

Qu’il s’agisse de la Russie, du Qatar ou de l’Algérie, ils ont un intérêt commun, qui  est de suivre l’évolution du marché et d’en récupérer une marge. De fait, ils n’ont aucun intérêt à aligner les prix du gaz sur celui du marché spot.

 

Selon vous, quel rôle ou place doit avoir le gaz de schiste dans ces questions aujourd’hui ?

Le gaz de schiste est une source d’énergie appréciable certes. En Algérie, on est au stade de son évaluation. Cela dit, l’on reste loin encore du cap de son exploitation. A ce jour, nous ne disposons pas des moyens logistiques, techniques et économiques pour l’exploiter comme c’est le cas aux Etats-Unis par exemple. Si bien qu’à l’heure actuelle l’exploitation d’un  puis  de gaz de schiste à l’heure actuelle et avec les moyens dont nous disposons nous coûtera 10 à 15millions USD alors qu’aux Etats-Unis son prix sera de 3 millions Usd.

Djaouida Abbas

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article