Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Benyounes AmaraAmara Benyounès et l’ambassadeur de Belgique, Frédéric à l’inauguration du CET de Masacara, le 14 janvier dernier

 

 

"

  •   Aymen Zitouni
  • lundi 1 avril 2013 20:16
  •  

    Le choix des centres d’enfouissement technique (CET) dans la gestion des déchets ménagers  défendu par le gouvernement depuis les années 2000 a montré ses limites. Le bilan officiel des réalisations est mitigé.  L’acquisition de 48 usines d’incinération ne remettrait pas directement en cause les CET… Pourtant, si les résultats sont probants, elles pourraient être le début de la fin de la solution d’enfouissement.

 

Le gouvernement a privilégié dès le début des années 2000 l’option d’élimination des déchets urbains par enfouissement. Un choix jugé judicieux par les associations de protection de l’environnement qui observaient que l’élimination se faisait jusque-là par l’incinération à l’air libre et dans des décharges sauvages.  Le programme de centres d’enfouissement technique (CET) mis en œuvre sur tout le territoire national devait également donner de nouvelles opportunités dans la valorisation des déchets. Une décennie plus tard, le bilan de réalisation de ce programme  est loin de donner satisfaction. Le ministre de  l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville, Amara Benyounès, a fait état lors de son passage à l’Assemblée populaire nationale  de 122 centres d’enfouissement technique réalisés, dont 55  déjà opérationnels. Sur le terrain, la plupart des CET ne sont pas réalisés dans les délais. Et la plupart de ceux qui sont effectivement livrés ne disposent pas des plates-formes de tri et de recyclage. La réalisation du programme des Centre d’enfouissement technique (CET) nécessite d’important travaux de prospection de sites devant les accueillir ainsi que la réalisation des études d’impact environnemental. Selon les spécialistes en environnement,  la construction d’un CET nécessite une superficie de pas moins de  40 ha, clôturée et aménagée.  La première des contraintes auxquelles fait face la réalisation du programme national des CET est le problème des expropriations et  l’opposition des riverains, selon le gouvernement. Ce dernier a également fait le choix  de créer  des établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC) pour gérer techniquement  et financièrement  l’exploitation des CET.  Ce choix en faveur des n’a pas donné de résultats probants si l’on se fie aux dernières déclarations du ministre de l’Environnement. Il a reconnu que la gestion  des déchets est un «nouveau » métier que « nous ne connaissons pas dans notre pays ». Pour cette gestion, Amara Benyounès compte faire appel à des entreprises étrangères en partenariat avec des entreprises algériennes, publiques ou privées.

 48 usines d’incinération

 En parallèle à cette politique d’enfouissement,  le gouvernement se dirige  vers la technique d’incinération qui semble plus écologique que l’enfouissement mais dont le coût de traitement est plus onéreux. Le ministre de l’Environnement a annoncé que des appels d’offres internationaux allaient être lancés pour l’acquisition de 48 usines d’incinération  (une pour chaque wilaya), dont quatre de grande capacité pour les grandes villes. Actuellement, la solution d’incinération  n’est appliquée que pour les déchets hospitaliers au sein des hôpitaux et cela sans répondre forcément aux exigences de respect de l’environnement.  Le gouvernement avait hésité avant d’aller vers cette solution « onéreuse en raison des aspects techniques et économiques ».  Selon le ministère de l’Environnement, les  raisons techniques sont liées à la composition des déchets issus des ménages qui contiennent « plus de 70 % de matières organiques avec un taux d’humidité trop élevé et un pouvoir calorifique très bas. Quant aux raisons économiques, elles sont fondées sur les surcoûts dus à la consommation d’énergie  le traitement des fumées auxquels s’ajoute le coût de l’équipement ». 

 A quel prix ?

 En juin 2012,  un responsable des déchets urbains au ministère de l’Environnement défendait encore l’option des Centres d’enfouissement technique par opposition  aux incinérateurs. Selon lui, le traitement par incinérateur de 1500 tonnes par jour coûte entre 200 à 250 millions d’euros alors que le coût de gestion par tonne se situe entre 100 à 150 euro par tonne. Aujourd’hui, avec l’arrivée au département de l’Environnement de Amara Benyounès en septembre dernier, le gouvernement semble prendre option pour les incinérateurs, sans renoncer aux CET. Mais pas pour longtemps. Les CET ont une durée de vie se situant entre 7 et 15 ans.  Le remplacement des CET par un autre CET prendra du temps et la transformation de ces sites en espaces vert à l’image de celui de Ouled Fayet coûte aussi de l’argent. Le match incinérateurs vs CET n’est pas encore tranché.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article