Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 

Le gouvernement japonais a adopté vendredi une "nouvelle stratégie de croissance" visant une hausse de 2% du Produit Intérieur Brut par an d'ici 2020 et la création de 5 millions d'emplois, en donnant une priorité à l'environnement, au tourisme et à la santé.

Le Premier ministre de centre-gauche Naoto Kan veut ainsi construire "une économie forte, des finances publiques robustes et un système de sécurité sociale solide", son slogan depuis son arrivée au pouvoir au début du mois.

Cette stratégie vise à "atteindre une croissance réelle de plus de 2%" dans la décennie en cours, contre environ 1% par an pendant la décennie 2000.

Elle a aussi pour ambition de sortir la deuxième économie mondiale de la déflation, où elle est plongée depuis le début 2009, dans le courant de l'année budgétaire d'avril 2011 à mars 2012.

Le gouvernement veut aussi "rapidement abaisser le taux de chômage à 3 ou 4%", contre quelque 5% à l'heure actuelle.

Pour ce faire, il cible "sept secteurs stratégiques": environnement, santé, coprospérité avec l'Asie, tourisme, sciences et technologies, ressources humaines et finances.

Dans le domaine de l'environnement, les autorités proposent de porter le marché des énergies renouvelables à 1.000 milliards de yens (9 milliards d'euros) d'ici 2020, espérant la création de 1,4 million d'emplois.

Le projet veut par ailleurs faire du Japon un centre d'accueil pour les patients étrangers, équipé des technologies médicales de pointe, et encourager l'élaboration de nouveaux médicaments. Au final, les autorités escomptent la création de 2,8 millions d'emplois dans le secteur médical d'ici dix ans.

Le gouvernement espère en outre augmenter drastiquement le nombre de touristes venant au Japon, avec un objectif de 25 millions de visiteurs dès 2020, contre seulement 6,79 millions en 2009.

La stratégie évoque par ailleurs la nécessité de réduire l'impôt sur les sociétés, plus élevé au Japon qu'ailleurs, mais ce sujet devrait être développé dans un plan budgétaire distinct que le ministère des Finances doit publier d'ici la fin du mois.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article