Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Le manque à gagner dans la récupération des déchets ménagers en Algérie est de l’ordre de 2 milliards de dinars par an" Par El Moujahid


D.R

Le manque à gagner dans la récupération des déchets ménagers en Algérie est de l’ordre de 2 milliards de dinars par an, a indiqué lundi, le directeur de la politique environnementale et urbaine au ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, M. Tahar Tolba. Seulement 2% des déchets ménagers sont récupérés, pourtant une quantité  importante est valorisable et la conséquence en est la perte de 2 milliards de dinars chaque année, a expliqué M. Tolba sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. Le manque des entreprises de récupération a été relevé par le directeur qui a noté que la récupération est conditionnée par la présence des transformateurs. Les déchets pouvant être récupérés sont le plastique (notamment les bouteilles d’eau minérale), le papier et le carton, les pneus, le verre produit à partir du calcin, qui peuvent être “une ressource supplémentaire aux collectivités  locales”, a-t-il dit. M. Tolba a souligné que la récupération devrait être faite à la source, et le tri doit se faire au niveau des ménages, ajoutant qu’un effort supplémentaire est à fournir pour la sensibilisation afin de changer le comportement de la population et palier à l’incivisme qui “coûte cher à la communauté”, selon  lui. La loi prévoit une “contribution populaire” sous forme de taxe de recouvrement des déchets d’une valeur variant entre 500 DA à 1.000 par an par ménage. M. Tolba a regretté que cette dernière n’est pas acquittée à 100%, relevant qu’elle pourrait couvrir de 25% à 30% du coût du transport des déchets ménagers. Pas moins de 10 millions de tonnes de déchets ménagers sont produits par an. A l’horizon 2020, on en produira 17 millions de tonnes, a relevé le  directeur.
Il existe 120 centres d’enfouissement technique en chantier à l’échelle  nationale, 60 sont achevés, et 54 sont en exploitation, 28 en cours de réalisation, 37 sont en phase d’étude. Les centres sont intercommunaux (regroupent plusieurs communes), leur durée de vie est limitée, mais pourrait être prolongée avec l’introduction des techniques de récupération, a encore expliqué M. Tolba. La gestion des centres d’enfouissement technique incombe aux présidents des assemblées populaires communales (APC). Le centre d’enfouissement technique de Ouled Fayet sera fermé en 2013, le temps de mettre en place celui de Hamissi (Corso, wilaya de Boumerdès) dont l’étude est terminée et le choix de l’entreprise est fait, a relevé M. Tolba. La décharge publique de Oued Smar (Alger-est) est officiellement fermée depuis le 5 juin. Les 204 ha qui l’abritaient seront aménagés en parc naturel.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article