Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 

Jeudi, 22 Novembre 2012 09:50 

Bréves de l'Ouest

Par : Correspondants


La visite d’inspection et de travail effectuée mardi par Hocine Necib, ministre des Ressources en eau, revêt un caractère particulier, puisqu’elle intervient quelques jours seulement après les très fortes chutes de pluie qui se sont abattues sur la région et qui ont mis en exergue les lacunes du secteur de l’hydraulique, avec l’envasement avancé des quatre barrages que compte la wilaya. En effet, faute d’être emmagasiné dans les barrages et les retenues collinaires, cet important volume de pluie s’est tout simplement perdu pour nombre de secteurs d’activité, mais plus particulièrement pour l’AEP locale. Pour faire face à cette rareté de l’eau potable, les responsables locaux ont mis en place des rotations tous les 10 ou 15 jours. Et pour combler ce déficit, la wilaya de Mascara a bénéficié du renforcement en alimentation en eau potable du couloir Mohamadia - Sig - Mascara à partir du MAO et dessalement (partie aval). A cet effet, force est de reconnaître qu’en dépit de la mise en service de l’AEP de Mohammadia et de Sig à partir du système de Gargar, les ménages ne sont nullement satisfaits, car l’eau ne parvient dans les robinets qu’une à deux fois par semaine. Conséquence : le recours aux services des colporteurs d’eau. Durant sa visite à Fornaka notamment, le ministre a pris connaissance de la situation qui prévaut pour l’opération liée au renforcement du réseau de l’AEP à partir du MAO, très attendue par les populations. Le ministre s’est engagé à doter cette station de 3 motopompes géantes pour un débit de 122 000 m3/j destinés à alimenter 13 communes de la wilaya et une population estimée à 400 000 habitants. Le coût de cette station, ses équipements, ses 7 réservoirs et les 194 km d’adduction est évalué à 4,5 milliards de dinars. L’autre étape de la visite a mené le cortège vers Sig pour l’inspection de la station d’épuration des eaux usées avant de se rendre à Bouhanifia. Dans la ville thermale, M. Necib a visité le barrage, un ouvrage situé à 3 km au nord de la ville, construit en 1929 et mis en service en 1940, pour une capacité initiale de 73 millions de m3. Mais ce barrage qui forme le triplex en cascade Ouizert - Bouhanifia- Fergoug ne retient effectivement que 38 millions de m3 en raison de son important envasement. La décision a été prise d’ailleurs de confier les travaux, via un avis d’appel d’offres, à une entreprise qui a soumissionné et qui a été retenue pour assurer l’opération. Dans un premier temps, les travaux qui débuteront avant la fin de l’année toucheront un volume de 6 millions de m3 de vase. En parallèle, “la mise en service du MAO nous permet de récupérer le volume puisé du barrage et destiné à l’AEP pour le réserver à l’agriculture, ce qui est en somme une bonne chose”, devait déclarer le ministre des ressources en eau.
A. B.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article