Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Le parc national d'El-Kala est une région très diversifiée abritant une richesse floristique et faunistique remarquable." par le " Forum sur toutes les choses de la nature "

 

Données bibliographiques sur la végétation du parc national d'El-Kala

 

Les étendues forestières de plaine d'El-Kala sont d'une grande importance patrimoniale.Photo : Salah Telailia

Selon DE BELAIR (1990), il existe environ 850 espèces. La région d'El-Kala abrite près du tiers de la flore algérienne. Le patrimoine floristique est ainsi constitué par 550 Spermaphytes et 300 Cryptophytes. Sur le plan botanique, ce sont incontestablement les Angiospermes qui dominent. Quant aux Gymnospermes, ils ne sont représentés que par deux familles taxonomiques, les Cupressaceae et les Pinaceae.

Parmi les Cryptophytes, 30 fougères, 110 champignons, 40 mousses, 70 algues et 50 lichens sont recensés. En effet, la grande diversité des biotopes et le climat humide ont permis le maintien et la diversification des espèces, aussi bien tropicales, particulièrement au niveau des zones humides avecMarsilea diffusa (Leprieur), Utricularia exoleta (Robert Brown), Dryopteris gongyloides (Schkuur), Najas pectinata (Parlatore) Magnus, Jussieua repens(Linné), Rhynchospora glauca (Vahl) et Cyperus corymbosus (Rottb), qu'européennes telles que Alnus glutinosa (Linné) Gaertner, Fraxinus angustifolia (Vahl), Salix alba (Linné), Ulmus campestris (Linné) et Ilex aquifolium (Linné).

Les espèces typiquement méditerranéennes constituent la trame de fond de la flore de la région d'El Kala (ANONYME, 1998). Cette diversité a permis le développement d'une multitude de formations végétales dont certaines constituent un patrimoine à préserver soit pour leur rareté, leur fragilité, leur originalité, leur diversité ou encore pour leur valeur potentielle. Il s'agit de la zeenaie d'altitude, des suberaies, des aulnaies, des ripisylves et de la cocciféraie du cordon dunaire.

Végétation dunaire

 

Les dunes littorales du parc d'El-Kala accueillent une végétation diversifiée.

 La fixation des dunes littorales et leur valorisation biologique est tributaire d'une végétation abondante et diversifiée. Celle-ci est directement liée à la stabilité, à l'influence des embruns maritimes et aux fluctuations de la nappe phréatique. Selon THOMAS (1975).

On distingue les espèces des sables mobiles telles que Euphorbia paralias(Linné), Diotis maritima (Linné) Smith,Agropyron littorale (Host) Dumortier, Calystegia soldanella (Linné) Robert Brown et Cakile aegyptiaca (Linné) Maire et Weiller, les espèces psammophiles telles que Ammophila arenaria (Linné) Link, Medicago marinaLinné et Eryngium maritimum (Linné) et celles des dunes en voie de formation représentées par le groupement d'Ammophila arenaria qui colonise les sables qui ne sont jamais atteints par les vagues.

Les groupements des dunes consolidées sont formés par le groupement à Juniperus. Au niveau de ce groupement, on retrouve toujours les espèces pionnières et les espèces des dunes mobiles. A l'Est du parc national d'El Kala, sur les dunes du lac Tonga, ce groupement est dominé par Juniperus oxycedrus (Linné). Cependant, à l'Ouest, au niveau de la Vieille Calle et du lac Mellah, on retrouve Juniperus phoenicea (Linné).

Le groupement à Quercus coccifera prospère sur plus de 1 500 ha du cordon dunaire. Ce groupement est spécialement confiné aux expositions Nord. C'est le cas du lac Mellah et de la forêt du lac Tonga (ANONYME, 1998).

THOMAS (1975) parle aussi d'un faciès littoral de l'association Pinetum halepensis. Ce groupement est essentiellement présent sur les versants Sud-Sud-Est des dunes du Lac Mellah, donc à l'abri des embruns marins et surtout des vents dominants froids du Nord - Ouest.

Végétation lacustre

Déjà LEFRANC en 1865 a répertorié un grand nombre d'espèces parmi lesquelles figurent Nymphea lutea, Myriophyllum verticillatum (Linné) etPotamageton oblongus (Viviani).

Par contre KADID (1989), DE BELAIR (1990) et MIRI (1996), rapportent le nombre d'espèces à près de 100, dont les principales caractérisant la physionomie des lacs sont Callitriche stagnalis (Scopoli) Schinz et Thell.,Echinochloa crus-galli (Linné) Palisot de Beauvois, Ranunculus aquatilis(Linné), Iris pseudo-acorus (Linné), Juncus acutus (Linné), Juncus maritimus(Lamark), Phragmites australis, Scirpus lacustris (Linné) et Mentha aquatica(Linné).

http://agrotizi.xooit.fr/t479-Le-parc-national-d-El-Kala-La-vegetation.htm

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article