Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie et environnement en Algérie

http://www.latribune-online.com/

L’Algérie possède le plus fort taux d’ensoleillement en Afrique

image
 
Par Youcef  Salami 

Des exploitations agricoles disposant  de grandes surfaces adaptées pour accueillir un système de production d’électricité photovoltaïque, cela est-il possible en Algérie ?
 
Le solaire au service de la production céréalière ? 
En Algérie, cela fait des années que l’on évoque la production d’électricité d’origine solaire ou éolienne. Dans la pratique, l’exploitation de cette énergie demeure marginale, que ce soit dans le résidentiel ou dans l’industrie. Dans le secteur  agricole, la question est peu discutée. Il est question que plus de quinze pour cent  de l’électricité soit produite à partir du solaire, a l’horizon 2025. D’évidence, le développement du renouvelable permettra d’épargner le gaz pour l’exporter ou l’utiliser dans la pétrochimie et promouvoir un certains nombre de secteurs d’activité, dont celui agricole. L’Algérie ambitionne même  d’exporter l’énergie solaire et éolienne. Et il semble tout à fait  logique que des pays pétroliers se tournent vers cette nouvelle source d’énergie. Des pays dépourvus en pétrole ou gaz  le font également.  Il reste cependant que cette énergie, issue du soleil, n’est pas  rentable, pour l’instant  et qu’il faut encore travailler sur les technologies de stockage de cette énergie avant d’envisager une production démesurée dans le pays. Aujourd’hui, la production d’électricité d’origine solaire est encore à un stade balbutiant, car, l’Etat n’a pas mis assez de moyens dans cette filière. Un premier chantier a tout de même vu le jour, il y a un an. Il s’agit d’une centrale photovoltaïque hybride d’une capacité de quinze mégawats (35% de cette capacité est assurée par des panneaux solaires) implantée dans la ville de Hassi R’mel. Il s’agit d’un projet monté en partenariat entre Sonatrach, Sonelzaz, le groupe privé Sim et les Espagnols d’Abiner.  Cette centrale, les agriculteurs de la région ne vont pas en tirer profit, parce qu’il y a d’autres priorités, disent des experts. Cette nouvelle capacité d’électricité a été intégrée dans le réseau de Sonelgaz, pour renforcer l’offre d’approvisionnent en électricité des régions du Nord. Les agriculteurs peuvent attendre. Pourtant, l’Algérie, demeure l’un  des pays d’Afrique possédant le plus fort taux d’ensoleillement. Et si elle décidait de produire à volonté de l’énergie solaire, cela en ferait le principal producteur d’énergie d’origine solaire  du bassin méditerranéen, relèvent les spécialistes. A défaut de leur fournir de l’électricité produite localement, l’Etat essaie d’attribuer quelques avantages aux exploitants agricoles dans les régions du Sud. Seuls quelques villages y sont alimentés en énergie solaire. Cela est insuffisant,  vu que les tarifs d’électricité restent raisonnables. La tarification  poserait  un réel problème dans le  renouvelable, à fortiori dans le secteur agricole. Parce que les équipements et les  technologies entrant dans la production de l’électricité produite à partir du solaire sont onéreux,  le prix auquel sera vendue l’électricité qui en est issue, sera automatiquement  élevé. Est-ce une équation à variable soluble dans la politique des subventions pratiquée par l’Etat dans le secteur agricole ? L’Etat sera-t-il en mesure de subventionner les prix de l’électricité du renouvelable, comme il le fait aujourd’hui pour l’électricité produite par Sonelgaz ou par d’autres sociétés ? La question reste posée, et risque  de ne pas trouver de réponse, à court terme, Sonelgaz réclamant aujourd’hui la majoration de la tarification actuelle.  
Y. S
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article