Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Les tripes des champs :

 

        "Ibertchetcha", "Ivertchetcha",...ou "Ikerchiwen n lekhla", c'est ainsi qu'on désigne les morilles en Kabylie! Pour ma part, j'opte et je prèfère de loin le deuxième mot : "Les tripes des champs"!...N'est-ce pas plus poétique, vu la ressemblance frappante entre ce magnifique champignon et les tripes? Tandis que le premier mot renvoie plutôt à la suie qui pend au dessus des âtres "Lkanun", formée par la fumée du feu de bois durant les nuits hivernales de Kabylie. Il est vrai que c'est romantique là aussi! Mais, c'est un peu noir pour le printemps...Voyez-vous où je veux en revenir?

 

web-morilleso

 

Les renifleurs de morilles :

        Aux derniers jours du mois de mars, la nature en Kabylie -comme d'ailleurs, partout ailleurs- se métamorphose pour donner naissance à une flore verdoyante et fleurie, peut-être pour consoler les kabyles des printemps trop noirs de cette magnifique contrée.

        Les villageois connaissent, jusqu'au moindre détails les changements micro-climatiques de leurs montagnes. Un brouillard par-ci, un petit vent par-là...Et le verdict est prononcé ! A l'image de Dda Lvachir, qui (par-delà sa mal-voyance), plaçant sa main droite au-dessus de ses sourcils en guise de store et embrassant de son regard l'horizon, devine le passage d'une brume ou les premières gouttes de pluie dans les minutes, les heures ou les jours à venir. C'est ainsi que les renifleurs de morilles devinent la cachette de leurs trésors! (voir image ci-dessous "Koro", le frère de l'un des renifleurs les plus redoutés du village...Tiens! lui aussi est peut-être renifleur?!). D'ailleurs Dda Achour "j'dis -pas-tout" le compare à un chien de chasse qui reniffle sa proie :

- "yeghlev atarous!", disait-il souvent.

        "Thala uzar ", ou "La fontaine de la racine" représente le bastion des morilles. Située dans une zone ombragée du village, le soleil y a rarement droit de cité, l'eau y ruisselle à volonté en toutes saisons...le vert représente l'une des seules couleurs qui y sont admises. Oui, ma

morilles.jpg

is, encore faut-il les voir "Les morilles!"... Mon ami Fahim me disait l'autre jour : "Il faudrait qu'on me mette un spot, voire même un projecteur en direction de chaque morille !...et encore...arriverai-je à les percevoir!"...Il faut dire que mon pote, "par défaut de spot" en a écrasé plus d'une "morille" sur son passage. On doit d'ailleurs, par mesure préventive en lui interdire la cueillette!

Tiens, une petite idée : A côté de la fête de la figue célébrée par mon village "Lemsella", pourquoi pas une journée de la morille?...A bon entendeur : "Salut !"

Photo kabylie 08 080

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes à Lemsella, pas au Japon ! :

           Eh oui, le cerisier, cet arbre symbole du Japon, foisonne à Lemsella! Et il est en ce moment en fleur! En me promenent le soir, durant mon dernier séjour, les fleurs des cerisiers rajoutent même de la lumière aux nuits printanières de Kabylie.

            Pour rappel, "La fête de la cerise" est célébrée tous les ans -par le passé- à Larbâa n'at yiraten...Je ne sais pas si c'est le cas ces derniers temps!

           Revenons à la photo ci-dessous, en arrière plan, ce n'est pas non plus le "Mont Fuji" du Japon, mais "Thiziverth", ce point de vue imprenable, qui culmine majestueusement face à "Azrou n t'hor",  faisant office de borne "thilisth" entre les deux Wilayas de "Tizi-Ouzou" et de" Béjaïa". Ma grand-mère, à propos de "Thiziverth", me disait : "Mon fils, par un temps clair, bien ensoleillé, une fois sur sa pointe, tu obvserveras de loin "Alger", comme un tas d'oeufs!".

 

Photo kabylie 08 046

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article