Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

FME3

#2 Un audit écologique  sincère, objectif et  patriote…

 

 

A quoi peuvent bien servir les lois si elles ne sont pas  systématiquement appliquées à la lettre, et cela  de manière toujours équitable entre les citoyens d’un même pays? Elles paraissent d’autant plus caduques  dès lors  qu’elles ne sont pas appliquées par des hommes et des femmes sincères dans cette  noble entreprise. Il est donc naturel de contrôler ceux et celles qui pourraient nuire ou ont la responsabilité de faire du respect de l’environnement une réalité civique  accréditée par la loi algérienne.

Mais, en Algérie, de nombreux témoignages et constats que j’ai pu récolter tout au long de mon enquête citoyenne sur la question de l’écologie dans mon pays d’origine, il s’agirait également de contrôler ceux et celles qui sont censé contrôler et non  favoriser les projets qui pourraient nuire à l’environnement en Algérie, notamment à la santé publique et celle de l’ensemble de la biodiversité.

La Veille Ecologique Citoyenne évoquée dans le premier volet de cet exposé, devrait s’appliquer plus souvent à l’égard des rapports produits par les bureaux d’études environnementales chargés de statuer sur les impacts ainsi que les incidences écologiques propres  aux  entreprises de nature  humaine au sein de l’environnement Algérie. Ils devraient, quant à eux, être facilement consultables par la société civile, aussi bien locale que nationale et toujours impliquer les acteurs locaux de l’écologie en Algérie dans leur réflexion.

Tout bureau étude environnementale  actif en Algérie devrait être reconnu  par un label  de sincérité établi par le V.EC, pur produit de la bonne volonté et du patriotisme inspiré   de la  société civile algérienne ; si peu mise en valeur et considérée par la gouvernance en charge de ce pays pourtant si jeune et dynamique par nature.

De même toute ONG  ou entreprise étrangère qui voudrait  participer à l’élaboration de l’écologie algérienne moderne, devrait garantir à cette force de veille, une action, des services totalement focalisés sur le respect de notre intégrité écologique et culturelle, ainsi qu’une volonté  sincère de veiller à ne pas nuire à la souveraineté et la sécurité de notre pays.

En matière d’environnement,  de souveraineté d’un peuple sur son territoire, de sécurité sanitaire, de qualité alimentaire, le faire semblant ne peut-être qu’une source de périls cuisants et durables. Nous ne pouvons tolérer ni l’amateurisme de certains professionnels, ni le professionnalisme dans l’amateurisme d’autres, souvent hommes politiques, parfois même de pouvoir. Il est question d’imposer le patriotisme et le sérieux à tout un réseau d’hypocrisie et de basses cupidités qui s’est parfaitement accommodé de nos propres laxisme en limitant systématiquement le champ de nos prises de consciences incarnées par des action citoyennes et collectives concrètes.

 

Pour ce faire, il faudra plus qu’une fibre « écolo » de la part de ces « veilleurs »  mais bien une formation et des compétences adéquates pour obliger ces bureaux d’études à plus de rigueur et moins de complaisance en matière de respect de la nature sauvage et des environnements humains. Eviter au maximum l’écologie d’opinion, comme  celle coupable d’arrières pensés politiques ou mercantiles. Dans ce domaine, plus que dans les autres volets de l’écologie algérienne, elle se doit d’être  produite par de vrais  écologues  appuyés par des militants  algériens pour le respect de la nature…

 

Lire aussi:

#1 Activer vraiment sur le terrain   la législation   déjà en vigueur  sur le papier serait déjà un bon premier pas… 

 

Bientôt publiés: 

 

Professionnaliser la bonne volonté sans  la dénaturer

Réconcilier l’Algérie avec sa nature…

Des statistiques et une banque de données nationales à la hauteur du défi…

Une sobriété prospère…

Cultivons notre santé…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article