Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Les 7 principales failles et donc priorités de l'Ecologie en Algérie... (5/7)

20131111 245

La sobriété n'est heureuse que quand elle n'est pas résignation face à la misère (Photo: Tedjani K)

#5  



"De l'abondance mal heureuse..." 
 
Hors de nos frontières, Pierre Rabhi, un français d'origine algérienne, remporte depuis quelques années un franc  succès auprès de l'opinion publique de son pays d'adoption, en  faisant notamment l'éloge  de la  "sobriété heureuse". Pour cet agro écologue et philosophe né  dans la wilaya de Bécchar, c'est même un paradigme qui pourrait  sauver nos sociétés modernes,  ultra consumméristes,  du déclin  écologique dans lequel elles se sont embourbées depuis deux siècles. Qu'en est-il  de la société de  son pays d'origine? Affiche-t-elle autant d'enthousiasme  quand on l'harangue à plus de sobriéte?
 
En Algérie, il parait évident qu'un tel discours ne saurait  autant séduire et cadrer avec l'état d'esprit général qui anime  actuellement  la société algérienne . La population, dans sa grande majorité, aspire plutôt  à tout le contraire;  c'est à dire à vivre selon les critères presque révolus du confort industriel de masse du 20ème siècle. D'autant que  l'Algérie a les moyens de sa démesure et que cette richesse  reste sans fin  dans la psyché collective du peuple algérien.Mais cette course éffrénée à l'abondance, qui zigzague  entre liberalisme féroce et socialisme populiste, est-elle pour autant  si heureuse et durable?


J'ai eu l'honneur  de  rencontrer  M. Rabhi l'hiver dernier, lorsqu'il invita à son domicile quelques membres d'un collectif algérien "Torba", qui milite pour  une agriculture plus écologique en Algérie. Je me suis permis de lui rappeller que, dans le fond,  on  retrouve beaucoup des traditions ancestrales  algériennes  dans ce qu'il défend.  En effet, il n'y a pas encore  si longtemps de cela, la sobriété était pour nos proches et lointains ancêtres une valeur essentielle;  vécue au quotidien le plus naturellement du monde. Beaucoup de prescriptions et de comportements sociaux  adoptés par ces derniers seraient à présent considérés comme  des attitudes  fort "écocitoyennes". Comme il est loin ce temps en Algérie, plus d'ailleurs  dans la tête des gens,  que dans la chronologie des générations algériennes... 


Bien entendu, il ne faudrait pas oublier que cette sobriété a  été  aussi  longtemps malheureuse, c'est à dire mal vécue. Quand ce ne fut  pas par tradition religieuse ou profane,  mais parce qu'elle a été imposée par la colonisation ou des périodes -pas si lointaines-  d'harasantes  pénuries.
 
C'est d'ailleurs là que réside, de ce fait,  la  principale source de la pathologie compulsive  qui a  progressivement contaminé  la société algérienne.La même qui, en  Europe, après  les privations vécues lors des deux guerres mondiales, menèrent ensuite à la surconsommation et les baby boum, aux désastres écologiques, donc. 


La maladie de consommer à l'outrance, comme pour rattraper le temps perdu. D'accumuler les signes extérieurs de richesse et surtout de ne plus se soucier des impacts des  quotidiens sur les  environnements.Pire, faute  d'avoir tous les moyens de leurs ambitions , beaucoup d' Algériens  affichent un  pseudo  luxe lowcost,  au plus bas des prix  possible pour eux, certes, tandis que  cette tendance coûte de plus en plus cher à leur environnement.
 
La sobriété ne peut être heureuse que si elle est consentie. Quel mérite y aurait-il à être sobre, sinon le courage, quand on est pauvre et démuni? Mais, de  même, l'abondance ne peut être un indice de bien-être quand elle nous éloigne de la raison et nous déconnecte avec la nature qui nous entoure et nous influence. Pourtant,un nombre grandissant d'économistes et écologistes, à travers le monde, parlent de substituer  la qualité de vie par habitant au  produit intérieur brut par habitant; un indice, selon eux,  plus pertinent de dévellopement humain.


En Algérie, les  conséquences négatives  de cette consommation frénétique sont  flagrantes et légions: maladies en berne dans les statistiques, pollutions en tout genre, dénaturation des paysages, exploitation peu soutenable sur le long terme de toutes  les ressources naturelles, perturbation profonde de notre biodiversité, inégalités sociales d'une amplitude alarmante. Au point que  beaucoup de tout cela est devenu  le meilleur alibi pour ceux et celles qui  veulent se tourner  à présent vers le gaz de chiste, le charbon  ainsi que le nucléaire; afin  de répondre à une  demande croissance en énergie en  Algérie. La démesure, la folie des grandeurs de tout un peuple qui ne produit pas grand chose et consomme  beaucoup de tout... 


Sans cela, même,  partout autour de nous, l'eau est déjà  gaspillé à outrance. Polluée sans vergogne. Dans une mesure aussi alarmante que celle dont   la fracturation hydraulique horizontale pourrait être coupable vis-à-vis  l'écologie du Sahara, et donc, par systèmie, de  celui de tout le territoire algérien. 


On consomme des quantités astronomiques d'eau et d'énergie pour construire des méga barrages, déssaler l'eau de mer, mais on  ne veille pas à optimiser avec plus de ferveur  les systèmes locaux  de distribution , de traitement   et de canalisation de l'eau.  Les robinets jadis  trop souvent silencieux, se mettent à grouiller  nuit  et jour dans le vide. Nos oueds sont  si pollués qu'ils véhiculent  de nombreuses substances toxiques ,avant d'aller se mélanger à l'eau de mer.On irrigue sans compter et, quand l'eau se met à manquer, on le fait parfois  avec des eaux usées. Car il  faut répondre à la demande, et non plus la réguler. Un peu  comme beaucoup tentent de soulager leurs névroses  en cédant à une fiévre d'achats compulsifs...


Quid du régime alimentaire algérien qui est passé à celui du  coq "arabe"  au menu d'un âne baté; de la  vache maigre  aux enfants bibendums. La quantité, le gavage ont pris le pas sur la qualité des produits consommés. Oubliés les denrées et semences du terroir, les habitudes alimentaires locales, le respect du cycle des saisons dans l'alimentation. Des tonnes de pain à la poubelle et tant d'autres nourritures gaspillées. Depuis que tout est jetable, consommable partout et n'importe quand, les déchets pullulent, les hopitaux débordent  de cancereux et nos espaces sauvages  se vident de plus en plus de leur substance naturelle.


Qui y a-t-il de vraiment heureux pour nos  citoyens et notre économie dans tout cela? Au sens de bénéfique et durable. Plus de mal que de bien, peut-être,  à en observer toute cette frénésie de plus près.

Il y a donc  un juste milieu à atteindre, un cap à ne pas dépasser pour qu'un accès sans réserve  au confort ne mène  pas toute une nation sur les sentiers de la  luxure écocidaire. C'est cette "ligne rouge" que les Algériens sont à l'aulne de franchir, il me semble,  en s'imaginant  qu'il est possible d'être heureux   en vivant sans cesse au détriment de son  environnement.  


La réminiscence des privations passées s'est ancré  dans la mémoires de ces   deux dernières générations;  elles ne peuvent  plus concevoir la sobriété comme une logique de bien-être. La sobriété que j'évoque  dans ce billet, pourtant,  à l'échelle d'une économie intime ou nationale,  peut être  synonyme de notions assez  fondamentales pour le  dévellopement durable d'une nation moderne :l'efficacité,  la responsabilité, la rentabilité.


Il est question ici de bon sens, de postulats de plus en plus admis par une nouvelle génération d'économistes, de militants et de politiques à travers le monde; pas besoin d'être sorti d'Havard ou de l'Ecole des Mines pour en comprendre la pertinence. Parfois même, cela est un handicap, car on  enseigne encore trop souvent dans les grandes écoles une tout  autre économie, presque hors du temps moderne.


L'éfficacité. Et cela incombe  avant toute  autre chose de considérer que  la quantité la plus rentable  est celle que l'on aura pas encore consommée.  Il en va ainsi pour l'énergie, l'eau, par exemple. De la  manière,  pour nos déchets,  moins on en produit, meilleur est leur gestion.Réduire les distances entre le consommateur et les pôles de production, en pratiquant une industrie de proximité portée par un réseau de PME. Décentraliser l'aménagement du territoire. Optimiser les transports de marchandises et de populations. Construire  nos agglomérations en privilégiant les économies d'énergies  et d'eau dès leur conception. Varier les façons  de produire et de consommer l'énergie  en préférant  au possible les moins polluantes ainsi que les plus renouvelables. Il y a tant de manières de rendre plus efficace une économie  aussi peu créative et sobre que  celle de l'Algérie. 


La responsabilité. collective ou  individuelle,  vis à vis de notre environnement, elle  pourrait être aussi  insufflée aux  consommateurs   par le choix   d'acquérir des équipements  parmi  les plus sobres énergétiquement;des  produits de qualité , un conditionnement adéquat aux normes de respect de l'environnement. Pourquoi pas en  subventionnant leur prix,de même qu'en taxant  l'importation de ceux qui  seraient  trop énergivores et polluants?


Stimuler l'économie  d'énergie et d'eau en fixant  des paliers tarifaires  pénalisant les gaspillages  et récompensant la sobriété; mais jamais au détriment du confort des citoyens. Le principe du pollueur payeur devrait être  appliqué à l'echelle de toute l'Algérie, du consommateur  aux producteurs,  du citoyen aux collectivités. Autant que l'on doit  récompenser fiscalement ceux qui sont les plus sobres et responsables vis à vis de l'environnement.


La rentabilté du respect de l'environnement n'est pas juste une vue de l'esprit.Tout d'abord, cette sobriété est potentiellement une source d'économies pour le budget de notre pays , parce qu'en limitant les impacts négatifs  de notre dévellopement sur l'environnement et la santé publique, nous en réduisons également les coûts de réparation. Pour le consommateur, il en va de même. Car il est clair que la dégradation de leur  environnement local  pèse de plus en plus  sur le budget des foyers algériens; ne serait-ce qu'en matière de santé.Il y a  aussi  les services rendus par la biodivesité que l'on peut quantifier économiquement. De même que la qualité de l'environnement influe aussi sur la productivité  ainsi que la capacité d'innovation et de création des habitants d'une nation. 


Enfin, d'un point de vue social, des villes  saines  ainsi que des paysages naturels équilibrés participent au bien-être  des populations locales. De plus, cette qualité de vie devient une  value qui peut s'avèrer  très rentable pour le tourisme. Mais là aussi, sans sobriété, une telle activité  ne peut être durable; le tourisme de masse a montré ses limites chez nos  pays voisins qui en paient  fortement le prix en eau, en biodiversité  ainsi qu'en qualité de vie de leurs nationaux.


La sobriété doit redevenir une valeur sociale autant qu'une doxa  économique  pour l'ensemble de la  société algérienne. Non pour faire de belles phrases,  mais parce qu'il en va de l'avenir de notre pays. Chacun et chacune d'entre nous  doit assimiler le fait que  l'abondance, sans la pondération, ne dure jamais bien longtemps. Un dévellopement ne peut-être durable  dans le temps que s'il est soutenable au sein d'un espace fini. 


Consommer mieux,  gaspiller moins; produire mieux, en quantité suffisante. Une utopie?
Non, c'est un  cap inévitable  à atteindre pour durer dans un siècle qui sera celui de la mutation écologique de nos sociétés ultra industrialisés...ou celui de leur déclin. Il y a d'ailleurs, fort  heureusement un nombre grandissant d'Algériens qui partagent ces idées.D'autant que dans la littérature  officielle , l'Algérie a déjà statué  et planifié par des lois nombres des prérogatives que j'ai citées dans ce long billet. Il ne reste plus, une fois de plus, qu'à les appliquer sincèrement!


Karim Tedjani. Créateur du blog "Nouara Algérie"




Karim Tedjani. Créateur du blog "Nouara Algérie".

 

Les principales 7 failles et donc priorités de l'Ecologie en Algérie... (1/7)

Les 7 principales failles et donc priorités de l'Ecologie en Algérie... (2/7)

Les 7 principales failles et donc priorités de l'Ecologie en Algérie... (3/7)

Les 7 principales failles et donc priorités de l'Ecologie en Algérie... (4/7)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article