Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 La nature ne subit pas toujours de manière passive les agressions de l'homme sur l'environnement.

Un éminent scientifique spécialisé dans l'étude des abeilles vient de montrer que certaines abeilles essayent de protéger leur ruche contre les effets néfastes des pesticides. Le phénomène a été rapporté pour la première fois dans une revue scientifique spécialisée en 2009. Mais, depuis, il a été observé à maintes reprises par plusieurs scientifiques et experts : des abeilles «enterrent» des alvéoles pleines de pollen contaminé pour les rendre hors service et ainsi protéger le reste de la ruche. Les scientifiques ont trouvé que le pollen contenu dans ces alvéoles «ensevelies» contenaient des niveaux de pesticide bien plus élevés ainsi que d’autres composés chimiques potentiellement dangereux que dans le pollen des autres alvéoles. Jeff Pettis, entomologiste du département de l’Agriculture américain, a récemment expliqué devant des parlementaires britanniques l’importance de la découverte : «C’est une découverte inédite et très frappante. Elle implique que les abeilles reconnaissent les pesticides et l’isolent. Elles comprennent que quelque chose ne va pas avec le pollen et l’isolent. En temps normal, les abeilles n’enferment pas du pollen.» Mais les bonnes nouvelles s’arrêtent là pour le moment : les efforts de la dernière chance des abeilles ne semblent pas porter leurs fruits. Pettis a remarqué, en effet, que le comportement d’enterrement du pollen se retrouve dans de nombreuses ruches qui finissent pas mourir : «La présence d’enterrement est le plus gros facteur de perte d’une colonie. C’est un mécanisme de défense qui a échoué.» Les abeilles enterrent également des alvéoles qui contiennent des substances utilisées par les apiculteurs pour lutter contre des insectes comme le varroa, qui sont un autre facteur de diminution de la population des abeilles, comme l’explique Pettis : «Nous, les apiculteurs, devons nous regarder dans un miroir et nous interroger sur ce que nous faisons […] C’est une question d’équilibre. Si l’on ne contrôle pas les parasites, les abeilles meurent. Si on les contrôle, elles vivent, mais il y a des effets secondaires.» Depuis plusieurs années, la diminution de la population mondiale d’abeilles inquiète les scientifiques et les apiculteurs du monde entier. Un phénomène appelé «syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles», qui reste en grande partie inexpliqué, intrigue particulièrement la communauté scientifique.

source web: http://www.lnr-dz.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article