Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

Econostrum

 

MÉDITERRANÉE. Les acteurs forestiers méditerranéens demandent la prise en compte des services rendus par la biodiversité pour lutter contre les effets du réchauffement. Pour Christophe Besacier, expert à la FAO, il s’agit de trouver le modèle économique qui assurera la pérennité des politiques forestières soutenables. 



« Nous examinons avec intérêt les projets biomasse qui se développent en Provence » souligne Christophe Besacier.  L’expert de la FAO à Rome, chargé du secrétariat du Comité des Questions Forestières Européennes, s’intéresse aux tentatives de rendre rentable la gestion des forêts. Au nord comme au sud de la Méditerranée. 
  
« Le problème au Nord, tient à la déprise agricole et au morcellement des propriétés, qui complique la gestion des massifs, face au danger d’incendies » souligne Christophe Besacier. 
  
« L’activité économique doit pouvoir soutenir la gestion des massifs, et les actions en faveur de la biodiversité menacée par le réchauffement climatique », explique-t-il. Les acteurs méditerranéens de la gestion forestière en sont convaincus et cherchent à mieux se faire entendre. 
Un hot-spot mondial …et fragile, de biodiversité (source FAO)
Un hot-spot mondial …et fragile, de biodiversité (source FAO)

Valoriser la biodiversité face au changement climatique

Réunis à Tlemcen en Algérie en mars 2013, experts et responsables politiques voulaient alors déjà prévenir les effets du changement climatique sur les forêts de Méditerranée. 
  
Ils  demandaient en particulier de « renforcer le rôle des forêts méditerranéennes dans le développement rural » et « d’améliorer durablement la production des biens et des services fournis par les forêts méditerranéennes ». 
  
La déclaration qui a clôt les débats de cette 3è Semaine Forestière Méditerranéenne s’appuyait essentiellement sur un rapport de la FAO et du Plan Bleu pour la Méditerranée. Ce dernier posait l’enjeu primordial : « face au changement climatique, dont nous prévoyonsles effets importants, il faut améliorer la résilience des forêts méditerranéennes » souligne Christophe Besacier. 
  
« Au nord comme au Sud, le changement climatique met la forêt en danger. Au sud, la forte pression humaine affecte la biodiversité. La ressource en eau va s’amenuisant, l’agriculture gagne des terres sur la nature. » Il s’agit donc, là, pour l’expert, de valoriser les services rendus par la biodiversité, afin d’inciter à sa protection.  

Le liège ou le tourisme pour sauver la diversité des milieux

Une activité rentable et sa filière pour couvrir les frais de gestion d’un massif forestier. Ici le liège (photo MN)
Une activité rentable et sa filière pour couvrir les frais de gestion d’un massif forestier. Ici le liège (photo MN)
Des expérimentations existent. « Dans les forêts marocaines du massif de la Marmoucha, les éleveurs sont indemnisés pour ne pas faire paître leurs troupeaux dans les plantations récentes. » 
  
« Il est illusoire de faire payer l’usager qui profite de cette belle biodiversité » souligne l’expert. « Mais, sans elle, des milliers d’Algériens ne pourraient admirer, le weekend, le singe Magot dans le Parc National de la Chréa». 
  
Des  pistes existent, pour au moins couvrir les frais de gestion de la protection de cette biodiversité. « Il faut une activité économique capable de développer une filière : le liège, ou le tourisme. »

etat_foret_med2013_fr.pdf etat_foret_med2013_fr.pdf  (13.8 Mo)



Lire la suite http://www.econostrum.info/Les-acteurs-forestiers-face-au-changement-climatique_a18777.html#ixzz3BfK2DjQ1 
Follow us: @Econostrum1 on Twitter | Econostrum.info on Facebook

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article