Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 23:01

Les algériens de plus en plus attirés par les plantes médicinales

Les algériens de plus en plus attirés par les plantes médecinalesLa nature au service de la santé

Les remèdes de nos grand-mères retrouvent depuis quelques années une seconde jeunesse. D’ailleurs, sans même nous en rendre compte, nous utilisons régulièrement la phytothérapie.

Une tisane au tilleul avant de se coucher, de l’huile d’olive se masser les jambes, des bonbons à l’eucalyptus pour calmer la toux ou encore une infusion de ginseng pour vaincre la fatigue.

En cette période de pandémie de grippe A(H1N1), une grippe qui menace réellement la santé des populations, la phytothérapie est une pratique courante.

Les herboristes ainsi que les pharmaciens sont pris d’assaut par des gens à la recherche de solutions, gélules ou tisanes pour faire barrage au virus de la grippe et renforcer le système immunitaire. Ainsi, plusieurs spécialistes sont unanimes à dire que la phytothérapie rencontre un succès grandissant auprès des consommateurs, soucieux d’utiliser au quotidien les bienfaits de la nature. Les plantes concurrencent aujourd’hui la médecine moderne.

Des marques de gélules, de tisanes et de crèmes à base de plantes se multiplient dans les pharmacies pour traiter les problèmes digestifs, neurologiques, la forme et la beauté. Mais comment séparer le bon grain de l’ivraie ? Les produits se présentent sous plusieurs formes mais les spécialistes mettent en garde contre les abus : « Les plantes ne guérissent pas tout, et naturel ne signifie pas sans danger. »

La phytothérapie est passée depuis des années de la phase empirique à la phase scientifique et des études cliniques ont identifié les composants et extraits actifs de plusieurs plantes dont les vertus sont chaque jour confirmées, a déclaré le Dr Michel Roussel, enseignant à la faculté de pharmacie de Lyon, auteur de plusieurs ouvrages et phytothérapeute, lors d’une conférence sur la phytothérapie qu’il a animée à Alger.

Pour l’Organisation mondiale de la santé, il faut distinguer deux types de phytothérapies. La première est issue d’une pratique traditionnelle et parfois très ancienne, dite de « remèdes de grand-mère ». Elle est basée sur l’utilisation de plantes dont les vertus ont été découvertes de façon empirique.

C’est une médecine dite « parallèle » du fait de l’absence d’étude clinique. En Afrique, jusqu’à 80% des populations ont recours à la médecine traditionnelle. C’est en 2002 que l’Organisation mondiale de la santé a mis en place sa première stratégie globale en matière de médecine traditionnelle.

Cette stratégie a pour but d’aider les pays à élaborer des politiques nationales d’évaluation et de réglementation des pratiques de la médecine traditionnelle et de la médecine complémentaire ou parallèle. En phytothérapie, les plantes ne sont généralement pas utilisées dans leur intégralité. Selon les variétés, on ne conserve que les racines, les feuilles, la tige, les baies, les fleurs, l’écorce ou les graines.

Les produits sont ainsi transformés en tisanes, gélules, huiles de massage… On peut également préparer ses « potions » soi- même en utilisant les plantes fraîches ou sèches. Une grande variété de produits est aujourd’hui disponible en officine.

Le laboratoire Mag Pharm commercialise, à lui seul, une riche gamme complète de produits de phytopharmacie pour entretenir la forme, le bien-être, la santé et la minceur. Parmi ces produits, on peut citer la tisane de ginseng qui diminue la sensation de fatigue et aide à surmonter le stress.

« Elle est recommandée en cas d’asthénie sexuelle, physique ou intellectuelle, de convalescence, en période d’examen ainsi que dans les baisses de forme dues au surmenage », lit-on dans les indications. Mycantis, un produit à base de champignons, renforce les défenses naturelles de l’organisme.(...)

Lire la suite  sur

Algerie360.com

Partager cet article

commentaires

A Propos De Nouara

  • : Nouara Algérie (Environnement et Ecologie)
  • Nouara Algérie (Environnement et Ecologie)
  • : Ecologie, Environnement en Algérie ... Nouara est un portail dédié à l'Ecologie en Algérie ainsi qu'un réseau national d'acteurs de la protection de l'environnement et de l'écologie en Algérie...
  • Contact

A Propros De Karim Tedjani

  • Karim Tedjani
  • Karim Tedjani est un reporter indépendant, écrivain et photographe très concerné   par les  questions  de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie...
  • Karim Tedjani est un reporter indépendant, écrivain et photographe très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie...

Rechercher Sur Le Blog

Actualités

  • Les zones humides en Algérie (Vidéo)
    ‘’97 pour cent de l’eau présente sur la Terre est salée, 2 pour cent sont stockés sous forme de glace et il nous reste 1 pour cent d’eau douce accessible à travers les zones humides’’ Enfin ! notre nouveau documentaire (un moyen métrage de 26 minutes)...
  • Parc culturel de l’Ahaggar: diverses actions pour préserver la biodiversité à Tafdest et Taïssa
    Blida: suivi de réalisation des projets des Travaux publics - Adrar: journée d'étude régionale sur l'impact de la baisse des prix du pétrole sur l'économie nationale (Université africaine d'... TAMANRASSET - Une série d’actions visant la préservation...
  • Béjaïa Les citoyens s’opposent à l’implantation des deux ZET à Aokas et Souk El Tenine
    SOURCE WEB «Non à la destruction de la nature» « Le début des hostilités contre la nature a commencé avec le début du projet dévastateur de construction hôtelière sur la bande boisée de Souk El Tenine D’énormes arbres ont fait les frais de gigantesques...
  • De l'argent "propre" avec du "sale"
    Source Web Le directeur général de l'Agence nationale des déchets (AND), Karim Ouamane, estime que «le tri et la valorisation des déchets pourraient générer des gains économiques de plus de 56 milliards de dinars par an» Les idées pour s'enrichir en Algérie...
  • Produire de l'énergie avec des eaux usées...
    Source Web Les boues générées par le traitement des eaux usées dans certaines stations d'épuration contiennent du méthane qui est un biogaz à partir duquel nous pouvons produire de la chaleur et de l'électricité Selon le directeur de l'Office national...