Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

http://www.horizons-dz.com/

Publié le 16 juillet 2012

Cette situation s’ajoute au fait que l’Algérie fait partie des 4 pays grands importateurs d’eau virtuelle avec plus de 15 milliards de m3. Un Algérien consomme en moyenne entre 1 600 et 2 000 m3 d’eau par an, a signalé M. Mouhouche, lors d d’une réunion au siège d’Algex des membres fondateurs de l’Agence de valorisation des produits agricoles (AVPA) sous la coupe de la Fondation Filaha Innov. Il a tiré la sonnette d’alarme sur cette ressource, enjeu mondial du millénaire. Le manque d’eau se présente sous trois formes, selon cet expert en hydraulique, dont le stress physique avec une carence en pluviométrie comme pour le cas de l’Algérie, le stress économique avec disponibilité de beaucoup d’eau sans les moyens de son exploitation comme pour le Congo et le stress politique avec le cas du Soudan avec une disponibilité d’eau dans un contexte politique instable. Notre pays est classé à la 163e place sur 180 pays en matière de disponibilité d’eau. Pour le cas de l’Algérie, l’agriculture mobilisent 95 % d’eau douce pluviale et irriguée. A titre indicatif, pour un kg de dattes, il faut entre 2.500 et 3.500 litres d’eau, mais ce produit reste rentable à l’exportation, a affirmé le professeur qui note que ce n’est pas le cas du blé qui nécessite entre 1.500 et 5.000 litres pour un kg. La datte rapport 50 fois la valeur du blé à l’export, selon lui. Selon Akli Moussouni, ingénieur en agronomie et coordinateur de l’AVPA, « la problématique de l’eau se pose en Algérie au même tire que celle des hydrocarbures ». Pour Mohamed Benini, membre fondateur et DG d’Algex, « il faudra produire des aliments qui couteront moins cher afin d’éviter le chantage alimentaire ». Le président de la Fondation Filaha Innove, le Dr Amine Bensemmane a signalé qu’« avec 1 m3 d’eau, on peut produire 500 fois plus avec une gestion judicieuse de l’eau ». S’agissant de la filière oléicole, qui nécessite entre 8 à 9 litres pour un litre d’huile d’olive les professionnels ont suggéré la valorisation du patrimoine existant au lieu de cultiver 1 million d’oliviers qui nécessitent plus d’eau dans le sud du pays car pour 1 litre d’huile d’olive il faut 40 m3 d’eau. Le patrimoine oléastre est composé de 5 millions d’oliviers en Algérie, selon M. Moussouni.

Fella Midjek

 

L’Algérie est en stress hydrique physique puisque les besoins des 37 millions d’Algériens s’élèvent à 70 milliards de m3 d’eau par an, alors que seulement 7 milliards de m3 sont mobilisables, a indiqué, hier, à Alger, Brahim Mouhouche, professeur en irrigation et la mise en valeur des terres à l’Ecole nationale supérieure d’agronomie (ENSA).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article