Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Les raisons de la contestation à In Salah sont-elles vraiment "inédites" en Algérie?

Eau 0259

Récemment, un article du quotidien algérien "Réflexions" , titrait « Qui manipule le brasier du Sud ? » afin de tenter de décrédibiliser un mouvement social  révélateur d’une prise de conscience écologique croissante parmi la société algérienne contemporaine. Argumentant par le fallacieux argument  qu’une telle révolte citoyenne concernant un problème  lié à l’environnement   est   un fait jusque-là vraiment inédit en Algérie, ce "pamphlet"  accuse :elle ne peut être que le fait d’une volonté exotique, d’une énième machination pour déstabiliser notre nation.

Un brasier? Quel terme infernal, presque apocalyptique pour qualifier des manifestations qui n'ont fait "qu'un"  mort et cela  parmi des manifestants pacifiques et disciplinés qui n'ont eu de cesse de scander leur amour pour l'Algérie dans son unité.

Si l’auteur de ce billet connaissait vraiment son pays, s’il avait parcouru comme moi des milliers de kilomètres à travers l’Algérie, ma terre d’origine, pour y constater l’éveil écologique  sans cesse croissant de la société algérienne, il aurait  également entendu parler des milliers de manifestations, et de contestations qui se sont mises en branle, de l’Est à l’Ouest, en passant par le Centre et le Sud  du térritoirte; à chaque fois que le gouvernement algérien n’a pas été assez  convainquant dans sa politique environnementale, à l'échelle de bien des localités et sujets. 

A-t-on déjà oublié celles qui ont été inspirées par exemple, , à juste titre, quand on a saccagé un des plus beaux parcs naturels de la méditerranée au nom du développement économique ? Certes, en ce qui concerne le gaz de schiste,  l’opposition récurrente  de nombreux Algériens s’est déroulée jusque-là de manière on ne peut plus démocratique et médiatique. Mais il est bien question d’une opposition de nature écologique qui a, une fois de plus, animé un pan non négligeable de la société civile ; le plus dynamique, patriote et résolu à ne pas céder  au fatalisme face aux  nombreux incohérences  et travers du système de gouvernance algérien.

Non, celles et ceux qui se sont érigés contre une entreprise écocidaire, économiquement mortuaire et socialement infructueuse, ne sont pas des traitres ou des faibles d’esprits incapables de vivre avec leur temps; celui du 21ème siècle censé faire la part belle au respect de l’environnement ainsi qu'au devellopement durable comme inscrit en lettre d'or dans la legislation environnementale algérienne en vigueur depuis 2003.

Pour évoluer, et non se perdre dans d’illusoires révolutions, il faut accepter le changement, appréhender le monde qui vous entoure et vous influence comme un écosystème physique et social en perpétuel mouvement.

User jusqu’à l’usure de procédés vieux comme le monde est surtout la marque de l’aveuglement que celle d’une perspicacité intellectuelle  censée déjouer les plans machiavéliques d’une population, là où, au contraire, elle prouve qu’elle a  grandi et  qu’elle s’affirme responsable et solidaire  vis-à-vis   du destin de tout un pays.

Nous leur devons cette solidarité en retour et, encore plus, du respect… Pas la calomnie!

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article