Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

Mardi, 04 Septembre 2012 

Tizi Ouzou

Pour des raisons multiples, les habitants des villages d’Ath Wizgan et d’Ighil Tizi Boa, à l’est de Tizi Ouzou, ont procédé, avant-hier, à la fermeture des services publics de l’APC, de la daïra, de Sonelgaz et de l’Algérienne des eaux (ADE).

Tôt dans la matinée, les villageois, répartis en plusieurs groupes, ont verrouillé les accès à ces administrations, obligeant les dizaines d’employés à rebrousser chemin. Les habitants d’Ath Wizgan, qui n’en sont pas à leur première action, sont montés au créneau pour la seconde fois, après la fermeture des mêmes services au mois d’avril 2010, pour réclamer l’accélération des travaux de raccordement au gaz naturel qui semblent s’éterniser, au grand dam des centaines de foyers du village qui s’inquiètent, encore une fois, de passer un autre hiver avec les hypothétiques bonbonnes de gaz butane. Plus d’un millier de citoyens, les nerfs à fleur de peau, ont encore une fois affiché leur courroux à l’endroit des autorités locales qui n’ont pas tenu leurs promesses. Omar Hammache, membre du comité de Bouzeguène-village (Ath Wizgan), s’est dit désappointé par la situation que vivent les villageois : "Il est impensable que des travaux entamés le 1er juin 2010 et qui devaient livrer le projet dans un délai de 11 mois continuent encore de traîner. Nous avons été plusieurs fois bernés par les responsables locaux qui ont donné des délais utopiques pour le raccordement du village au gaz de ville. Alors que l’entrepreneur, pour un projet aussi important, n’engage que trois ou quatre ouvriers quotidiennement depuis le début du projet. Voilà qu’en juin dernier, ayant appris une probable visite du wali à Bouzeguène, à la veille du 5 juillet, il a soudainement renforcé son chantier et réalisé en moins d’un mois ce qu’il a fait en 2 ans. Cependant, une fois la date du cinquantenaire de l’indépendance passée, il a replongé dans l’inertie et le laisser-aller. Un non-voyant est tombé dernièrement dans un trou. Il a aussitôt promis de déposer une plainte contre l’entrepreneur pour négligence et laxisme dans le chantier. Le pire, c’est que depuis quelque temps, nous tentons vainement de joindre l’entrepreneur qui ne daigne même pas nous répondre." Ali Cherif Yazid, membre du comité, nous a déclaré que les responsables locaux, jugés défaillants, ne sont plus des interlocuteurs valables et que leur mouvement ne s’essoufflera pas. Il donne la date butoir du 30 octobre 2012 pour le raccordement au gaz. Au-delà de cette date, des actions musclées seront envisagées.
Par ailleurs, le village d’Ighil Tizi Boa s’est joint à cette action pour réclamer sa part d’eau. Un responsable du comité, Mohamedi Makhlouf, a fait part des souffrances des habitants du village qui sont soumis à un régime sévère en matière d’alimentation en eau potable. "Plus de 80% des villageois ne sont pas raccordés au réseau du village. ce dernier n’est servi que pendant quelques heures tous les quinze jours. Nous avons sollicité l’ADE pour réaliser le réseau de distribution pour le reste des villageois. en vain. Nous ne pouvons pas utiliser l’eau de la source de notre village, car elle est devenue impropre à la consommation depuis quelque temps." Nous avons appris aussi que les habitants du village d’Ihidoussène, dans la commune de Tadmaït, qui vivent une situation intenable en matière d’alimentation en eau potable, ont procédé, hier, à la fermeture de la daïra de Draâ Ben Khedda pour réclamer leur part d’eau.


C. NO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article