Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani


 Jeudi 23 Février 2012

 

"Je travaille à Linde Gas Algérie (ex-ENGI). Cette entreprise qui englobe 10 unités de production à travers le territoire national a été vendue à 66% au groupe allemand Linde Gas contre 34 % (qui est un minimum de blocage soi-disant) au profit de l’État pour seulement 27 millions d’euros, alors qu’à titre d'exemple, Zidane a été au Real à 74 millions d'euros pour seulement 4 ans (comparez svp). 
Dans les colonnes d' El Watan daté du 19/06/2007, Peter stocks, membre du directoire de Linde, dira en répondant à la question : «Concrètement, qu'est-ce que Linde va apporter à l'ENGI ?» : «Linde va tout d'abord investir des sommes importantes pour améliorer les unités de production et développer leurs capacités, et par la suite, nous attaquerons le volet formation qui est tout aussi important. Notre objectif, pour ce qui est de la formation, c'est d'amener les collaborateurs de l'ENGI au même niveau de standard que nous avons dans l'ensemble du groupe. Linde Algérie est une entreprise algérienne et sera à terme managée par des compétences locales. Il est important donc que nous développions les individus à une très longue expérience en Europe de l'Est, et nous voyons beaucoup de similitudes entre le développement de l'Algérie et les pays issus de cette région. Nous comptons donc appliquer ce qui a fait notre succès dans ces pays-là en matière de développement des ressources humaines.» Depuis la signature de ces accords, l'entreprise a fait un énorme recul en matière de production. Il fut un temps où l'ENGI faisait des excédents de production qu'on vendait à la Tunisie et au Maroc avant la fermeture des frontières, et ce, parce que l'entreprise a changé complètement de vocation. D'une entreprise qui fait la production et la distribution des gaz à une entreprise «import/import» : maintenant, ils ramènent l’oxygène de la Tunisie et même d'Inde et malgré cela l’État a été forcé d'acheter du protoxyde d'azote de la Jordanie en 2009 (un stock d'un an, svp) après une forte pénurie qui a touché nos hôpitaux. Rien de ce qu’a dit M. Peter Socks n'est réalisé : ni formation, ni nouvelle technologie ni «Amar Bouzouar» (désolé pour le terme). Pire que ça, toutes nos installations sont sous-utilisées pour justifier l'importation :
- une politique de harcèlement moral est pratiquée à l'encontre des travailleurs ; 
- licenciement abusif des effectifs ; 
- pousser les travailleurs au départ volontaire pour recruter d'autres par contrat CDD ; 
- recrutement des cadres déjà retraités à des sommes inimaginables alors que pour les ouvriers et l'ensembles des travailleurs, les salaires demeurent inchangés ; 
- fermeture d'installations jugées dangereuses (ateliers d’acétylène de Reghaïa, Annaba et d'autres ...) ; 
- et le plus important est l’installation d'une fabrication d'un gaz très dangereux (Oxyde éthylène) dans l'opacité totale. 
Actuellement, il y a une grande pénurie d’acétylène sur le marché et, plus grave, d’oxygène car deux installations (Reghaïa et Arzew) sont en panne. Durant la grève que les «hommes» ont faite, la situation de l’ENGI a été expliquée à tout le monde et notamment à Sidi Saïd. Mme Louisa Hanoun a jugé la privatisation de l'ENGI comme un «crime et un choix irréfléchi». Je travaille à la direction de Kharouba et je suis déprimé de voir ces investissements dilapidés. Ces réalisations ont été faites avec mon argent, celui de mes enfants et de tous les Algériens." 
Salah

 

J'ai reçu un message aujourd'hui d'un employé de cette société :

"Je travaille à Linde gas Algerie,cette entreprise conditionne l'oxyde d'ethylene perimé et d'autre gazs sans analyses, même l'oxygene médicale aux hôpitaux".

Karim Tedjani

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article