Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Le désert ne cesse d’avancer. 1% des sols est dégradé annuellement à l’échelle mondiale. Un danger menaçant sérieusement l’humanité compte tenu de la  disparition graduelle du couvert végétal, l’aggravation de la crise alimentaire et surtout l’exode massif des populations. Invité, jeudi dernier, de Chaine III de la radio nationale, Luc Gnacadja, Secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies pour  la lutte contre la désertification, a souligné que le continent africain est le plus touché par cette avancée, laissant entendre que les pays affectés peuvent tirer profit de l’expérience de l’Algérie entamée depuis les années 70 par la mise en place du barrage vert.De grands efforts ont été déployés. La cadence est d’ailleurs maintenue. Outre la réhabilitation du barrage nécessitant une enveloppe financière de 60 milliards de dinars, d’autres politiques se sont succédé. La dernière consiste en la  mise en œuvre de la politique du renouveau rural. Selon l’invité de la rédaction, le renouveau rural devrait servir d’exemple politique à tous les pays concernés.«Le vrai défi pour mettre en œuvre la convention de l’ONU consiste en son intégration dans la politique publique de développement, de lutte contre la pauvreté et d’accélération de la croissance», a souligné le responsable onusien laissant entendre que la démarche de l’Algérie est conforme aux objectifs que s’est assignés le programme de l’ONU. Selon l’intervenant, la  politique du renouveau rural est basée sur la préservation des sols, sur l’importance des investissements, et la création d’infrastructures au profit des  populations pour les aider à se fixer dans ces zones.  Il y a quatre programmes dont un principalement  conçu pour les zones les plus sensibles, à l’exemple des régions steppiques situées entre le Nord et le Sahara. M. Gnacadja a souligné que la politique de l’Algérie a donné de bons résultats en freinant la dégradation des terres et en récupérant celles qui le sont déjà. Qualifiant de dynamique le programme algérien, l’invité de la radio rappelle que l’Algérie a révisé en 2008 son programme national de lutte contre la désertification. «Les indicateurs de l’ONU sont pris en compte dans le programme de développement durable de l’Algérie», a-t-il relevé. Pour l’expert onusien, le temps n’est guère à la réflexion. «Il faut agir. L’inaction a un coût énorme ; pauvreté endémique en premier lieu», a-t-il souligné. Il se réfère à la récente rencontre à New York où plusieurs chefs d’Etat ont reconnu que les Objectifs du millénaire en matière de développement ne seront pas atteints. Les risques de dégradation sont énormes. 41% des terres dans le continent africain sont arides et  1/3 de la population mondiale est menacée aujourd’hui.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.

source web www.horizondz.com

 

 

 

08 October 2010 11:00:00

Tags: , , , ,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article