Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Maghreb: L’Algérie n’exportera plus certaines espèces de poisson" par WMC

Maghreb: L’Algérie n’exportera plus certaines espèces de poisson

Plus d’importation de nouveaux bateaux de pêche, pas non plus d’exportation de certaines espèces de poisson, dont la sardine. Pour le ministre algérien de la Pêche et des Ressources halieutiques, Abdallah Khanafou, les 4.500 bateaux de pêche du pays suffisent à satisfaire la demande locale.

Mais le site econostrum.info souligne que «cette bonne nouvelle contraste avec l’annonce, par le même ministre, de la non pêche du quota de 1.100 tonnes de thon allouées pour l’année 2010 à l’Algérie par la Commission internationale pour la conservation du thon (ICCAT)».

En outre, certains observateurs «doutent de la capacité de la flottille de pêche algérienne à satisfaire la demande locale et considèrent que la raison de la décision de suspendre l’importation de bateaux de pêche se situe ailleurs».

Faisant l’état des lieux, le site d’informations rappelle que «le secteur de la pêche a bénéficié d’un programme de soutien de l’Etat algérien d’un montant de 251,2 M€», afin de permettre la consommation moyenne de passer de 4 à 8 kg par an et par habitant.

C’est dans ce cadre que l’Algérie commanda une quinzaine de thoniers auprès des chantiers navals turcs à des prix compris entre 483.000€ à 772,8 M€ l’unité, ce qui a permis «…de ramener la moyenne d’âge des bateaux de pêche algériens de 20 à 12 ans».

Mais seulement voilà, le compte n’y est pas, et les experts estiment «la contre-performance du secteur de la pêche serait due à l’interdiction de faire appel à des pêcheurs étrangers, turcs en particulier, pour la campagne de l’année en cours», indique notre source.

Concernant l’interdiction d’exporter certaines espèces de poisson, elle viserait à privilégier la consommation locale de ce produit devenu inaccessible à la majorité des petites bourses, même la sardine qui, pourtant, naguère était considérée en Algérie comme le «plat du pauvre».

Cependant, le ministre rassure en indiquant que «l’exportation des espèces à forte valeur ajoutée peut être maintenue et compensée par l’importation de produits de large consommation».

- Tous les articles sur Exportation

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article