Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

 

                 Est-ce qu'un pauvre agriculteur a les moyens de louer un tracto-pelle

                Ce bulldozer sévit en toute impunité dans la région et ce depuis au moins une semaine...

 

La région de Guerbes, située dans la wilaya de Skikda devrait être un des plus beaux parcs naturel du Constantinois, au regard de la grande richesse et diversité de ses paysages ainsi que de sa biodiversité souvent endémique. Une baie quasiment vierge et peu polluée, les monts Filfila et Endough aux décors bucoliques d’une rare beauté sauvage, la plaine de Messoussa qui longe le majestueux Oued el Kebir ainsi qu’une zone humide de renommée mondiale, Guerbes Sanhadja a tous les atours pour combler les amoureux de la Nature et cela dans un périmètre d’à peine quelques dizaines de kilomètres.

Pourtant, saisons après saisons, cette fleur du Tell est victime des pires atteintes et dégradations de tout ce qui en fait un site privilégié pour développer des activités économiques durables, dont l’agriculture bio ainsi que l’écotourisme et cela en toute impunité voire, selon de nombreux témoignages, avec la complicité de certains cadres de la conservation des forêts de Ben Azzouz, voire même de certains élus locaux de petite envergure…

Cela va des décharges sauvages qui empestent l’air, au vol  encore d’actualité de sable, en passant par le pire, c’est-à-dire la dégradation du couvert végétal dont dépend pourtant l’équilibre biologique de toute la région et,  systèmie écologique  oblige, de celles qui l’entourent…                  

Après avoir transformé en l’espace de trois décennie Sanhadja en un désert de sable, incapable à présent de contenir l’avancée du vent marin chargé d’un sel meurtrier pour les sols, les aficionados de la pastèque hybride, ont jeté leur  sordide dévolu sur Guerbes et sa forêt de pins maritimes ainsi que ses maquis côtiers pourtant indispensables au maintien d’un des plus agréable microclimat du nord-est de l’Algérie. Ils sont également des  remparts naturels contre l’érosion éolienne et saline des terres intérieures.

La procédure est aussi simple que ses impacts sont terribles. Un ignoble individu, connu de tous dans le secteur, a réussi avec l’aide de certains fonctionnaires malhonnêtes, à promulguer des actes de propriété bidons pour la modique somme de 15 000 dinars l’hectare. Pour ce faire, il n’hésite pas à  provoquer des incendies, à couvrir la destruction du maquis par des agriculteurs avides de gains faciles, et ce, avec la complicité de certains forestiers censés  pourtant protéger la végétation et non la brader au plus offrant…

« Sans arbre, pas de pluie » me rappelle très justement un des anciens du village. Il suffit de voir à quel point les tractopelles ont décimé les alentours pour comprendre que Guerbes est presque déjà condamnée à devenir un désert pour encore bien des décennies.

Suite à nombreux écrits sur le sujet, soutenu par certaines associations locales, on aurait pu presque croire en lisant la presse locale que le problème a été réglé, puisque les auteurs de ces méfaits ont été sommés de stopper ce stupide carnage. On a même annoncé la création de brigades spéciales pour en finir avec cette gabegie indigne d’un pays qui a signé toutes les conventions internationales pour la préservation de la Nature et qui dispose d’un arsenal juridique aussi exhaustif qu’inefficient sur le terrain.

Mais, il vous suffira de vous rendre sur place, ou de consulter l’album photo que j’ai publié sur Nouara  à ce propos, pour vous rendre compte que tout cela n’est à vrai dire que faire-semblant et tour de passe-passe endémique. On a même donné un sursis aux contrevenants et permis de cultiver la pastèque « encore » cette année dans les mêmes dizaines d’hectares qu’ils ont décimés sans vergogne !

Par endroit, un bulldozer œuvre actuellement   sans la moindre gène et continue à détruire la végétation en toute impunité sur une terre attribuée illégalement. En une semaine de randonnées assidues, je n’ai croisé aucune brigade, ni spéciale, ni même tout simplement de forestiers payés par l’argent du contribuable algérien afin d’éviter le pire à cette région qui risque de devenir, rappelons-le  encore une fois, un désert alors qu’elle est reconnue comme un hot spot de la biodiversité mondiale et promise à un bel avenir touristique. 

Aussi, j’aimerais alerter une fois de plus les plus hautes instances concernées afin que la loi algérienne soit enfin appliquée et surtout qu’elle ne soit pas bafouée par des « petits bras » dénudés de toute conscience écologique et de responsabilité vis-à-vis des générations futures. Il en va de l’avenir d’un des plus beaux et luxuriant site naturel d’Algérie ainsi que de la crédibilité des institutions algériennes aux discours  si promptement optimistes qui ne trouvent pas leur illustration dans la réalité du terrain.

Enfin, il est évident que l’abandon total ainsi que le manque de perspectives professionnelles dont souffre le village de Guerbes et ses habitants, livré à lui-même depuis toujours, est un facteur amplificateur qui, pour l’instant sert de prétexte à ceux qui sont devenus les complices tacites du « dévorement » durable de leur environnement par de riches agriculteurs qui ont choisi la facilité plutôt que son   développement durable… Il serait temps, donc, d’améliorer sensiblement le cadre de vie des Guerbesis et de les impliquer dans une gestion intégrée des ressources naturelles et humaines de leur région.

 

             Cette retenue collinaire prouve que les délinquant sont là pour rester...

                        D'ici quelques années, la forêt de pins maritimes de Guerbes ne sera plus....

 

 

Voir l'album photo

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article