Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Logo Liberté Algérie

BÉJAÏA

Par : Ouhnia Kamel

La marche à laquelle a appelée le collectif populaire contre les feux de forêt, jeudi dernier, dans la ville d’Akbou, n’a finalement pas drainé les foules des grands jours.
Néanmoins, en dépit de l’absence d’une forte mobilisation citoyenne, les organisateurs, un collectif de jeunes Akbouciens constitué essentiellement d’étudiants et d’animateurs du mouvement associatif, étaient résolus à aller jusqu’au bout de leur logique puisqu’ils ont maintenu leur marche prévue à 10h 30. Ainsi, les manifestants, qui ont parcouru les artères principales de la ville depuis le rond-point du lycée Hafsa, ont convergé vers la place du colonel Amirouche où ils ont tenu un rassemblement devant le siège de la mairie d’Akbou.
Les protestataires tiennent à dénoncer, à travers cette action de rue, “le laxisme et l’insouciance des autorités du pays face à cette situation calamiteuse provoquée par la multiplication sans précédent de foyers d’incendies durant cet été.” “Des zones agricoles et de grandes forêts disparaissent d’une manière hâtive, des milliers d’hectares de végétation partent en fumée. En parallèle, des espèces animales sont menacées d’extinction. La faune et la flore de la région sont sérieusement touchées par le terrorisme environnemental sans que personne ne paraisse capable de parer à ce désastre écologique”, note-t-on dans un communiqué rendu public la veille de la marche.
Ceci dit, les membres du collectif populaire contre les feux interpellent les pouvoirs publics quant à la prise en charge effective des revendications de la population locale, notamment l’indemnisation
des victimes de ces incendies ravageurs, plus particulièrement les agriculteurs, la promotion de l’agriculture et du tourisme de montagne, la définition d’une politique écologique et de développement durable, lancement des opérations de reboisement…


K O

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article