Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

La Dépêche de Kabylie

 

 

 

 

Mesloub est un village paisible de huit mille âmes installé sur la crête qui surplombe le chef-lieu communal de Mekla. Mesloub, dont la superficie territoriale semble énorme, souffre du relief accidenté qui commence aux frontières avec Mekla et continue jusqu’au village de Agouni Bouafir.

Tout lieu est difficile d’accès.

De loin déjà, sa façade apparaît comme déchirée et charcutée par les carrières qui continuent leur œuvre d’extraction. Il est traversé par une seule et unique route sinueuse qui permet à l’usager de rejoindre Ain El Hammam. Seule animation, la fête organisée par les villageois chaque Taachourth au mausolée d’El Kola, qui voit les citoyens affluer de toutes parts. Une fois la fête terminée, le village retombe dans la torpeur et l’oubli, avec le bruit sempiternel des engins et des camions.

Après s’être contenté d’écrire aux autorités, les villageois se sont vus contraints de passer hier matin à une autre démarche plus percutante, démarche devenue coutume en Kabylie et ailleurs en Algérie : bloquer le siège de la daïra.

Selon un représentant du comité, M. Akmoussi, les doléances sont multiples, mais «l’existence sur le flanc du mont (et mausolée) El Kola d’une carrière, qui défigure les lieux et qui demeure un danger permanent, est un problème qui doit impérativement être solutionné».

Les villageois ont interrompu les activités de l’entreprise pour des raisons de sécurité, de protection de l’environnement, ces carrières provoquant des dégâts écologiques irréversibles.

Un membre du comité, Ammi Mohand, a constaté ironiquement : «Mesloub ? Je ne reconnais plus ce village à voir comment il a été défiguré !». «D’autant plus que le village n’a jamais bénéficié d’une quelconque structure socio-éducative», s'insurge un jeune vite remis à sa place.

En accord avec les autorités communales, le village a entrepris des travaux d’aménagement d’une plate-forme sise au bas de la carrière, dans les environs du cimetière du mausolée El Kola, et ce, pour la réalisation d’un terrain de jeux, mais, sur réclamation de tiers et de la DEM, les travaux ont été interrompus.

La solution ne dépendant pas des autorités communales, le comité en appelle à une commission d’enquête ministérielle. Cependant, après la rencontre de la délégation avec le wali de Tizi-Ouzou, il semble que les portes du dialogue sont encore ouvertes et l’espoir de voir ce village «sortir du passé folklorique et entrer de plain-pied dans le vingtième siècle» renaît enfin.

Sofiane Mecherri


Read more at http://www.depechedekabylie.com/evenement/147487-protegez-lenvironnement-dans-notre-village.html#kqPgJ06YHGio9dkB.99

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article