Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

                                                                        Logo Liberté Algérie

Le cavalier et le cheval à l’honneur

Par : M. EL BEY

                        Chevaux

                                                                                                                             Photo: Tedjani K

 

Une exposition sur le cavalier et le cheval est organisée par le musée public national des arts et traditions populaires de Médéa, à l’occasion de la célébration du mois du patrimoine (18 avril-18 mai). Intituléee Cavalier algérien, l’art de la résistance”, l’exposition montre, à travers différents tableaux, les péripéties de l’histoire ayant favorisé la rencontre de l’homme et de l’animal pour faire face aux invasions ennemies, dans les conquêtes et dans l’activité quotidienne. Le visiteur est convié à découvrir un pan important d’un héritage ancien, que les gravures et les peintures rupestres font remonter à la période préhistorique (plus de 2 000 ans avant J.C.). “Les Numides étaient aussi d’excellents cavaliers légers qui, armés de javelots et de boucliers, montaient leurs chevaux sans l’emploi du mors, de la selle et de l’étrier.  Ces qualités leur valurent d’être engagés par l’armée romaine comme auxiliaires ayant joué un rôle déterminant dans la victoire de Rome contre Carthage pendant les guerres puniques”, lit-on dans la présentation. 
L’Emir Abdelkader est connu pour avoir été un hippiatre renommé, ainsi que les autres chefs de la résistance algérienne ont aussi tous été d’excellents cavaliers. Le cheval barbe, qui est élevé en Algérie, est considéré comme un signe de fierté chez les familles rurales, notamment celles des Hauts-Plateaux où l’élevage équin existe toujours. Le cheval est un acteur important dans les différentes manifestations religieuses et sportives, dans la fantasia qui demeure une tradition équestre bien ancrée,  ainsi que dans le monde du sport à travers les courses hippiques, les concours d’obstacles et les raids d’endurance.
Le harnachement du cheval, une caractéristique de la parade, est aussi mis en exergue car le métier artisanal qui le soutient est resté plus ou moins dynamique dans nos contrées où on continue de confectionner du matériel d’apparat tel que les selles, les étriers, et du travail de maréchal-ferrant, etc. 
L’espace réservé à l’exposition montre aussi des tenues de cavaliers empruntées à une association locale, composées de pantalons larges, de gilets, de gandouras, de burnous, de chéchias, de turbans et de chapeaux, etc.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article