Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

 

http://thema.univ-fcomte.fr

Mme Nadia DORBANE Ep. NASRI Université Mouloud MAMMERI de TIZI-OUZOU, ALGERIE Enseignante-chercheure Cité des 450 logements EPLF, Bt E n°189, vouvelle ville, Tizi-Ouzou 15000 Tizi-Ouzou Tizi-Ouzou Algérie dorbane@mail.ummto.dz 00(213)559166180 00(213)26213294 Mr Brahim GUENDOUZI université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou, Algérie Maître de conférences Tizi-Ouzou 15000 Tizi-Ouzou Tizi-Ouzou Algérie brahguen@yahoo.fr 00(213)662797839 00(213)26213294 Référence à la session Q.10 Environnement Résumé Mots clés : Mondialisation, environnement, Algérie, libre échange, ressources naturelles.

 

Résumé :

  Depuis les années 80, l’économie mondiale est devenue de plus en plus intégrée. Trois facteurs ont contribué à cette évolution : la baisse des barrières tarifaires et non tarifaires au commerce international, les progrès réalisés dans les moyens de communication et les technologies d’information, la réduction des freins à l’investissement direct étranger. Ces facteurs ont contribué à la baisse des couts des transactions internationales et en l’occurrence l’augmentation des échanges internationaux. Cette croissance de l’économie mondiale ne sera pas sans effet sur l’environnement étant donné que l’activité économique (la production et l’investissement) puise ses ressources dans l’environnement et y rejette les déchets et rebuts. L’impact environnemental de la mondialisation s’avère difficile à déterminer. La mondialisation qui provoque de multiples phénomènes économiques : le développement des échanges, la spécialisation internationale, la délocalisation de la production, le transfert technologique, le renforcement de la concurrence ; dont les conséquences sur l’environnement sont ambivalentes. C’est en raison de cette complexité de la relation entre ces deux phénomènes et l’intérêt qu’ils suscitent que nous avons travaillé sur la question. L’objectif de cette contribution n’est pas d’analyser l’ensemble des enjeux de la mondialisation, mais de se focaliser sur la relation entre la mondialisation et la protection de l’environnement. Est-ce Page 1/3que les modalités contemporaines de la mondialisation sont susceptibles de nuire à l’environnement ou au contraire de le protéger ? Quels sont les instruments et les moyens de gestion de l’environnement dans le contexte de la mondialisation, notamment pour les pays en voie de développement, et quelles en sont la portée et les limites ? Les travaux réalisés, les débats académiques et politiques dans ce domaine ont montré que la réalité est bien complexe étant donné que la mondialisation est un phénomène contradictoire, qui comporte à la fois des aspects positifs et des aspects négatifs sur l’environnement. En 1993, dans le cadre du débat sur l’ALENA, G. GROSSMAN et A. KRUGER ont distingué trois effets de la mondialisation. Un effet dit d’échelle selon lequel le libre échange provoque l’augmentation de la production, phénomène nuisible à l’environnement. Un effet dit de composition à travers la spécialisation internationale de la production, selon la théorie du libre échange, cette spécialisation permettra une meilleure utilisation des ressources naturelles. Un effet dit technique, c’est-à-dire, la libéralisation des échanges permet la généralisation des techniques de production avancées moins polluantes. Selon ces deux auteurs, l’impact environnemental du libre échange dépond au cas par cas de l’importance relative de chacun de ces trois effets. Cette communication se propose ainsi de mettre à l’épreuve ce nouveau paradigme à travers le cas algérien. L’Algérie en plein transition économique et environnementale depuis les années 90. Il convient donc de savoir comment ce pays arrive t-il à gérer cette transition. Dans un contexte actuel de concurrence et de compétitivité internationale, notamment en terme d’attractivité des investissements étrangers, l’Algérie pratique t-il le dumping environnemental afin d’être compétitif ? La législation environnementale est-elle contraignante ou avantageuse à la libéralisation des échanges ?qu’en est t-il de la politique environnementale en Algérie ? Nous analyserons dans une première partie, comment l’expansion des échanges internationaux peut contribuer à la protection de l’environnement ou au contraire à sa destruction. Dans la seconde partie, nous montreront que la mise en place d’une politique environnementale nationale adéquate est une condition sine qu’a non à la réduction des effets négatifs de la mondialisation sur l’environnement et permettra au contraire d’en tirer profit. Pour faire cette analyse, nous nous appuierons, dans la mesure du possible, sur les données chiffrées publiées par les institutions nationales et internationales chargées du commerce international et de la protection de l’environnement.

 

Bibliographie Références bibliographiques : 1- A. BENACHENHOU, « Environnement et développement en Méditerranée », éd. La Méditerranée, 1998. 2- A. BENACHENHOU, « Environnement et développement », in revue du tiers monde, « Environnement et développement », (S/D) A. BENACHENHOU, éd. PUF, n°130, 1992. 3- PH. BONTEMS ET MF. CALMETTE, « Mondialisation, commerce international et environnement », in revue économique, volume 61, n°1, janvier 2010. 4- S. FAUCHEUX et J.F. NÖEL, « Economie de ressources naturelles et de l’environnement », éd. Armont Colin, Paris, 1995. 5- G. FROGER, « La mondialisation contre le développement durable ? », éd. Presses Universitaires européennes, Bruxelles, 2006. 6- G. LAFAY, « Comprendre la mondialisation », éd. Economica, Paris, 1997. 7- C. LARRUE, « Analyser les politiques publiques d’environnement », éd. L’Harmattan, Paris, 2000. 8- PH. LE PRESTRE, « Protection de l’environnement et relations internationales, les défis de l’écopolitique mondiale », éd. Armont Colin, Paris, 2005. 9- A. KERDOUN, « Les termes de l’approche environnementale », in L’environnement en Algérie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article